Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 23:59

galatasaray 002        Le football ne fait pas partie de mes passions. Mais je ne voulais pas râter cet événement « historique » de la vie stambouliote : l’inauguration du nouveau stade de Galatasaray.

               

Départ en métro à 16 heures pour un match commençant à 20h45… Les supporters sont prévoyants... 


DSC03249.JPG

                      

Le stade est grandiose, la cérémonie le fut aussi.


DSC03261.JPG

 

 

DSC03281.JPG

 

Danses, jeux de lumières, feux d’artifices...

 

DSC03282.JPG

 

DSC03298.JPG

 

Concert de Kenan Doğulu...

 

DSC03272.JPG

 

Certes, un spectacle inoubliable.

 

       Si le stade est colossal (52000 places) et objectivement magnifique, il n’en reste pas moins que beaucoup de supporters ont été déçus. Parce que la rencontre avec l’Ajax s’est soldée par un match nul ? Non, pour d’autres raisons..

 

DSC03326.JPG

 

        D’abord, sur le fronton du stade ne s’affiche pas le nom de « Galatasaray » mais celui de « Türk Telekom Arena. » 

DSC03253---Kopya.JPG

       

         De plus, il fait froid, très froid dans cette cuvette de Seyrantepe. Une tenue de ski n'aurait pas été superflue...

 

DSC03266.JPG

        Mais surtout, l’accès est malaisé. A l’aller, peu de difficultés. Le métro était bondé mais les arrivées échelonnées. Par contre, tous les spectateurs se demandaient comment ils allaient bien pouvoir retourner. En effet, les infrastructures n’étant pas terminées, actuellement, il n’y a que deux sorties possibles : soit prendre le métro, soit partir à pied, grimper une longue côte en terre battue et marcher deux kilomètres pour pouvoir regagner l’artère principale. Ce qui fait qu’une demi-heure avant la fin du match, le stade a commencé à se vider, tous redoutant de rester “coincés” en pleine nuit dans cette zone éloignée de la ville. Même si plus d’un quart des spectateurs du stade avait déjà quitté les lieux, la sortie à la fin du match fut impressionnante. Des milliers de personnes se dirigeant à grands pas vers la bouche de l’unique ligne de métro. Sans être agoraphobe, il y a de quoi hésiter. En ce qui nous concerne, nous avons donc préféré gravir la colline plutôt que de nous engouffrer dans le tunnel…

 

DSC03321.JPG

       

        Les nostalgiques ne manqueront pas d’évoquer la larme à l’œil les souvenirs du stade de Ali Sami Yen. Quand on pouvait sauter dans un taxi à la dernière minute et assister quelques instants plus tard au premier coup de pied dans le ballon… Quand il suffisait de marcher quelques minutes pour retrouver les copains et copines (faire le tour du nouveau stade prend quand même une quinzaine de minutes)… Quand les tambours et la fanfare des supporters scandaient le match pour lui donner un air joyeux de fête foraine (A Seyrantepe, l’espace est si vaste qu’on les entend à peine).

        Bref, quand on se sentait chez Cim Bom

 

Galatasaray-Ali-Sami-Yen-Stad305.jpgStade de Ali Sami Yen, photo Internet

 

 

Le stade d'Ali Sami Yen dans FENÊTRES D’ISTANBUL ( Le roman est sorti en 2003 mais la description a été écrite en 1998)

 

 

Tiens, voilà Loup qui redescend. Il doit aller au match de foot, car il a revêtu les couleurs de l’équipe de Galatasaray, un anorak rouge, un bonnet de laine rouge et jaune. Au cou, une cordelière bicolore et à la main, un drapeau où l’on peut lire « Galatasaray Champion. »   Il en a de la chance, celui-là, de pouvoir se payer une place au stade, c’est sûr même qu’il doit avoir acheté un fauteuil pour toute la saison. Une fois, il y a deux ans, il avait prêté sa carte à Brave. Parce que ce jour-là, il était occupé par une opération. C’était la première fois que Brave se trouvait au milieu de trente mille personnes oscillant au rythme des fanions rouges et jaunes et scandant les mots d’ordre :

« Galatasaray, le lion, Galatasaray, je mourrais pour toi ! »

Quand les clameurs de la foule ralentissaient, la fanfare entonnait l’hymne fétiche pour galvaniser les joueurs. C’était le théâtre inoubliable d’une vague hurlante scandée par le battement des tambours. Fasciné, saoulé par les vociférations de ses voisins, Brave n’avait pu se concentrer sur  le jeu, le stade lui offrait le plus beau spectacle qu’il eût pu contempler dans sa vie. Il en était sorti heureux comme un enfant...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları