Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 22:00

Un des lieux antiques que je préfère est le prestigieux sanctuaire d’Apollon à Didymes  car avec un peu d’imagination, on peut encore y ressentir les marques de la spiritualité dont il fut le gardien des siècles durant.

 

juin-2011 0251

 

Le mot « didymes » viendrait du grec « jumeau » car Apollon, dieu du soleil, était le jumeau d’Artémis, déesse de la lune ; une Voie sacrée partait du Delphinios de Milet,  pour arriver jusqu'à Didymes.

 

juin-2011-0234.JPG


Il ne subsiste aujourd’hui que les piédestaux de ses 120 colonnes ioniques...

 

juin-2011-0195.JPG

 

mais la forêt de ruines permet d’imaginer ce que fut la splendeur antique.

 

STP66056.JPG

  Ce temple est un des plus anciens lieux de culte consacrés à Apollon et un des  plus grands bâtiments antiques conservés jusqu’à nos jours ; élevé à partir du VIIe siècle Av. J-C et sans cesse remanié jusqu’au VIe siècle,  il faillit être classé parmi les Sept Merveilles du monde, mais jamais terminé faute de moyens, il ne put accéder à ce titre.

 

STP66060.JPGLe tunnel permettant de passer du pronaos au naos

   

Il constitua cependant dans l’Antiquité, avec celui de Delphes, un des plus importants sanctuaires oraculaires du dieu Apollon.


juin-2011-0205.JPG Le naos

 

On y venait de loin pour apporter les offrandes permettant de consulter l’oracle de la Pythie, si célèbre qu’Alexandre le Grand en personne vint s’y faire prédire l’avenir.

 

STP66066La fosse de la Pythie dans le naos

 

Une tête de Méduse.

 

STP66051.JPG 

Méduse était une belle jeune fille dont Poséidon tomba amoureux. Il la séduisit dans le temple d’Athéna, si bien que, folle de jalousie, la déesse métamorphosa Méduse en Gorgone, la tête recouverte de serpents et le regard changeant en pierre tous ceux qui le croiseraient.

La colère d’Athéna ne connaissant aucun répit, elle aida le héros Persée à décapiter Méduse. Du sang de la jeune fille naquirent le cheval ailé Pégase et le géant Chrysaor.

 

 

Si certains ne voient dans ce temple que des vestiges de l’Antiquité, d’autres, rien que des « tas de cailloux », personnellement, je considère cette maison d’Apollon comme un haut lieu de mysticisme et il m’aurait bien plu de boire l’eau de la source sacrée tout en cueillant des bouquets de laurier…

Car Apollon n’est-il pas le dieu de la poésie et de la musique ?

 

juin-2011-0230.JPG


STP66069.JPG

  Photographies de cet article : Taceddin Köseoğlu

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Lieux aimés Histoire de la Turquie Grèce

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları