Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 17:54

Article paru dans la revue de La passerelle franco-turque en décembre 2010, produit d’une petite exaspération de l’an dernier. Je le publie aujourd’hui sur mon blog pour ceux et celles qui ne l’avaient pas lu, avec des ajouts occasionnés par l’actualité…

De toute façon, c’est quand je  « râle » que vous me lisez le plus !   

 

1-copie-1.jpg

 

Dans le langage des colonialistes du dix-neuvième siècle, le qualificatif « Bon pour l’Orient » désigna tout d’abord avec mépris les diplômes obtenus dans les pays de l’Empire ottoman ; avec le temps, l’étiquette s’appliqua à toute marchandise jugée défectueuse selon les normes européennes mais pouvant être venue avec profit en Orient. « Bon pour l’Orient » devint synonyme de « au rabais ».

A la fin du vingtième siècle, de nombreuses Françaises venues se marier en Turquie étaient jugées par leurs compatriotes, sans que cela ne soit jamais formulé, « Bonnes pour l’Orient ».

  

4.jpg

 

Citons une anecdote dont une de mes amies fut bien involontairement l’héroïne.

Elle avait une directrice française. Un jour, les toilettes étant bouchées, cette dame déboule comme une furie en salle de réunion où ne se trouvent par hasard que quatre femmes.

  Les toilettes sont encore bouchées ! Hurle-t-elle. Un homme de service y a trouvé une culotte de femme ! Je vous avertis, si ça se reproduit, je fais verrouiller les cabinets et vous ne pourrez plus y aller !

Le fou rire prit mon amie.

— Vous croyez vraiment qu’une de nous quatre est allée jeter son slip dans les cabinets ?

— Vous dites cela, vous, Madame, crie-t-elle, mais je vous ai vu sortir des toilettes juste au moment où elles ont été bouchées !

Est-il besoin de commentaires ?

Pour la petite histoire, pendant au moins cinq années, chaque fois que les toilettes de son entreprise ne fonctionnaient plus, les collègues de travail de mon amie se gondolaient de rire : « Alors, c’est toi qui a encore sévi ? »

 

coucou-de-la-fenetre.jpg 

Revenons à nos moutons. A l’exception des chanceuses qui sont arrivées dans le pays avec un diplôme « en béton », les Françaises à Istanbul ont dû manger de la vache enragée. Cherchaient-elles un travail ? Elles devaient se considérer chanceuses qu’on voulût bien leur en offrir. Aussi, de nombreuses d’entre elles ont-elles été employées à la portion congrue, c'est-à-dire avec un salaire au rabais et surtout sans sécurité sociale ni retraite. Non, me direz-vous, cela est impossible ! Eh bien si ! « Nous ne sommes pas en France, la loi française ne s’applique pas ! Vous n’êtes pas dans une firme turque, la loi turque ne s’applique pas ! » C’est dans ce vide juridique sévissant jusqu’aux années 2000 que de nombreuses d’entre elles ont survécu pendant des décennies. Avec un beau dilemme : accepter ou mourir de faim.

J’ai vu de mes yeux une Française dont les dents se déchaussaient et qui, n’ayant ni protection sociale ni subsides, n’a jamais pu se les faire soigner. Non, ce n’est pas du Victor Hugo, c’était en 2003 !

Je connais une femme qui a travaillé trente années à Istanbul mais dont seulement quinze années seront comptabilisées pour la retraite. Est-ce que cela se passait avant 1895, date à laquelle les employeurs français ont eu l’obligation de verser des cotisations pour l’assurance vieillesse de leurs employés ? Non, ces jours-ci !

Je connais des professeurs de littérature française qui travaillent depuis plus de vingt ans à Istanbul pour diffuser la culture française en Turquie mais que l’on n’a pas jugé dignes d’être invités au Palais de France d’Istanbul lors de la remise à Yachar Kemal de son insigne de Grand Officier de la Légion d’honneur.  

3-femmes.jpgJe ne parle pas ici des petites impertinentes qui s’avisent de peindre, composer de la musique, écrire, faire du théâtre ou s’adonner à toute autre forme de création. Cherchent-elles une salle pour exposer, une salle pour représenter leur création ? Ah bon ? Vous vivez ici ? Notre programme est plein. Nous n’accueillons que les artistes venus de France !

Aujourd’hui, je remarque que les jeunes Françaises débarquées à Istanbul ont pris le taureau par les cornes et n’hésitent pas à se lancer. Création d’entreprises, commerce, activités artistiques, nombreuses sont celles qui « réussissent » en Turquie et même de façon brillante. Elles changent les mots du dictionnaire.

« Bonnes pour l’Orient » ? Non ! Vous avez mal entendu, c’était « Bonnes, en Orient  » !

  6-copie-2.jpg

        

         Si vous voulez un peu pleurer et beaucoup rigoler avec les problèmes des « Bonnes pour l’Orient », ce sera vers la fin février ( Inchallah ! cette fois, la date semble bonne, tout est prêt mais les autorisations sont en cours... Ah...) dans  Janus Istanbul, pièce de théâtre satirique et poétique sur la double culture...

        

      Bientôt, Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, parution du livre avec CD des musiques et chansons (10 morceaux de musique et 8 chansons).

  Janus Istanbul

 

Musique, instruments et chant : Erol Köseoglu  

 

janus CD 

       

        Justement, vous pourrez y découvrir la très célèbre (en 2012) chanson des "Bonnes pour l'Orient" et la chanter avec nous et le non moins célèbre (en 2012) "Slam des Bonnes pour l'Orient", avec sa musique  spéciale et la non moins célèbre (en 2012) "Valse des Amoureux", que toutes les radios de France et de Turquie vont s'arracher et le tube de 2012, la "Ballade de la Différence", qui deviendra l'hymne des bi-nationaux et l'inoubliable "Accordéon Ghetto"... etc etc...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Articles, Essais, Commémorations

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları