Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 22:00

Etant sur le point de me replonger, avec mes classes de Premières, dans l'étude du roman L'Amant, de Marguerite Duras, j'ai donc eu un prétexte pour relire le magnifique livre de Yann Andréa, Cet Amour-là,  consacré à la mémoire de la célèbre écrivaine. Je vous en livre donc ici certains passages… Car ce témoignage bouleversant constitue une des plus belles déclarations d’amour de la littérature française. Rappelons au passage que Yann Andrea fut, durant seize ans, jusqu’à la mort de l'écrivaine,  le dernier compagnon de Marguerite Duras et qu’il avait 38 ans de moins qu’elle.

  1969.jpg

Marguerite Duras en 1969, à 45 ans.

C’est l’année de ses vingt ans que Yann Lemaix découvre un des livres de Marguerite : 

J’ai lu le premier livre d’elle à Caen, cette ville où je suis étudiant en philosophie, la khâgne du lycée Malherbe. C’était Les Petits chevaux (…) La première rencontre, c’est donc Les Petits chevaux de Tarquinia, la première lecture, la première passion (...).  

 m.jpg

Et ensuite, j’ai tout quitté, tous les autres livres, Kant, Hegel, Spinoza, Stendhal, Marcuse et les autres. J’ai commencé à tout lire, tous les livres d’elle, les titres, les histoires, tous les mots. (…) Et depuis lors, je ne l’ai plus quittée. C’était fait, Je suis un lecteur absolu : j’ai immédiatement aimé chaque mot écrit. Chaque phrase. Chaque livre. Je lisais, je relisais, je recopiais des phrases entières sur des feuilles, je voulais être ce nom, recopier ce qui était écrit par elle, me confondre, être une main qui copie ses mots à elle. Pour moi, Duras devient l’écriture même. (…) Déjà, je veux la garder pour moi, déjà, je veux la protéger, déjà, elle est avec moi et elle ne le sait pas encore…

p.jpg

  Marguerite Duras photographiée par Doisneau

Yann se rend alors  en 1975 à une projection du film Indian Song, il boit un pot avec elle et lui demande son adresse. Dès le lendemain, il commence à lui écrire. Cela durera cinq ans et elle ne lui répond jamais.

Et ça commence. Dès le lendemain, j’écris une lettre et je ne m’arrête plus. J’écris tout le temps. Des mots assez brefs, plusieurs fois par jour.

En 1980, elle lui envoie un livre, L’Homme assis dans le couloir, puis d’autres. Finalement, elle lui écrit : « Je viens de terminer Aurélia Steiner pour le cinéma, je crois que l’un des textes est pour vous ». Alors, le 29 juillet 1980, il va la voir à Trouville et elle accepte de le recevoir. Il a 28 ans, il est doux , élégant, homosexuel, il rêve de devenir écrivain, elle en a 66, elle est une écrivaine aimée parfois jusqu'à l'adulation, alcoolique, égocentrique et possessive. Elle le débaptise et lui donne le nom de Yann Andréa.

Je dis ceci : dans l’émerveillement de la rencontre, pendant le désormais fameux été 80, il y a la voix. Sa voix. Sa façon de dire entièrement les mots, la façon d’aller chercher le mot, de trouver le mot juste, le mot vrai, de laisser le mot arriver jusqu’à la bouche en passant par le silence de la pensée. (...)

Je suis ici. Avec elle. Je reste. Je ne vous quitte pas. Je reste. Je suis enfermé avec vous dans cet appartement suspendu au-dessus de la mer. (…) En septembre 80, les chroniques hebdomadaires pour Libération sont publiées aux Editions de Minuit. Le livre s’appelle L’Eté 80. Il m’est dédié. Désormais, je porte le nom de Yann Andréa.  

n.jpg

 Yann Andréa abandonne toutes ses activités pour se consacrer à l’œuvre de Marguerite en tapant sous sa dictée, par exemple, le texte de L’Amant :

J’attends les mots, je tape sur cette machine à écrire que j’aime beaucoup une machine noire, haute, une machine à écrire de la guerre, m’avez-vous dit. Et nous sommes avec la petite au chapeau d’homme et aux souliers de pute, en lamé, vous, accoudée au bastingage, et dans quelques secondes, il va vous proposer une cigarette (….) On peut réciter le texte par cœur, on connaît l’histoire et cependant, non, on la découvre  tandis que vous me dictez les mots de l’histoire. On est émerveillé. On dit oui, encore, on applaudirait presque, comme au théâtre (…)

1991.jpg

Marguerite Duras en 1991

La relation se perpétue, oscillant entre bonheur et douleur, alternant séparations et retrouvailles.  Yann est devenu l'ami, l'amant, le secrétaire, le chauffeur, la gouvernante de Marguerite. Plus tard,  il sera aussi son infirmier et s'occupera d'elle jusqu'au bout.

Elle me tient enfermé dans la chambre noire. Ne supporte pas que quelqu’un d’autre puisse me regarder. Elle veut être la préférée. La seule. A tous. A tout le monde. Et moi de la même façon, je suis le préféré. On se plaît. On se plaît infiniment. On se plaît absolument. On se plaît pour toujours, de toujours à toujours et pour toujours. On le sait. On ne le dit pas. Surtout ne pas le dire. Ecrire simplement. Faire des livres, écrire des histoires, des histoires d’amour. (…)

1993.jpg

1993

Je suis transporté dans cette histoire du jour au lendemain, comme si elle avait toujours commencé, comme si l’histoire, je l’avais prise en route, elle m’embarque dans son histoire, ses histoires, et quelle histoire, on ne sait pas, moi je ne sais rien, j’essaie de suivre, je ne comprends que très peu ce qui arrive, je sais simplement que je suis là, avec elle, depuis avant toujours et jusqu’à toujours.  Je n’y peux rien. Elle n’y peut rien. On n’est en rien responsable, elle et moi, on est comme deux enfants posés dans le monde. (...)

  duras-andrea.jpg

Le couple dans les années 90

Après la mort de Marguerite, Yann écrit :

Et cependant, comment le croire, comment croire que c’est possible, que vous n’êtes plus là à me regarder, ce n’est pas possible, ce n’est pas la vérité puisque c’est moi qui vous écris désormais, à vous, donc rien ne change, donc vous êtes là, avec moi, dans la même séparation.

J’entends ceci,  vous riez et on rit ensemble, together, oui, on se marre de cette blague, vous morte, moi vous écrivant, moi qui écris. On aura tout vu, ça alors ! Et on rit encore.

c

  Image--26-.jpg

Livre publié en 1999, trois ans après la mort de Marguerite.

Ps : Presque toutes les illustrations de ce texte sont copiées sur Internet, merci à ceux qui les y ont mises...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Littérature pour le lycée Littérature Duras

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları