Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 23:00

Le nom de Mykonos me faisait rêver. J’avais vu des photos représentant les moulins blancs sur un fond de mer  bleu saphir et je croyais aller découvrir une île sauvage digne de l’Odyssée.

 

DSC02545.JPG

 

Comment, me direz-vous, vous êtes bien ignorante pour ne pas connaître la réputation de Mykonos ! Mea culpa !

  STP63908


Le paquebot nous débarque vers 9 heures au nouveau port mais le village se masse autour du vieux port. Nous prenons donc un taxi qui maugrée car la course n’est pas assez longue.

Nous nous engouffrons dans des ruelles au sol pavé de pierres noires entourées de chaux, entre deux haies de petites maisons aux volets bleus. Mon regard est attiré par les vestiges de la nuit passée, des poubelles salissant le bord des rues. Mykonos ressemble à une ville morte. Personne. Les magasins sont encore fermés, tout le monde semble dormir.


STP63930


Nous arrivons dans un endroit de rêve appelé la petite Venise,  avec des maisons de bois délabrées posées sur des pilotis sous lesquels l’eau s’engouffre en rugissant. Le lieu, surrané, romantique à souhait, semble soudain sorti du passé.


STP63914

   

Nous décidons d’y prendre un café au bord de l’eau. Les vagues sont si violentes qu’elles viennent nous fouetter les pieds et nous jettent des embruns au visage.

 

DSC02549          

Et là, nous remarquons que certains se sont réveillés. Car peu à peu ont pris place aux tables des couples d’hommes de tous âges, soignés et habillés avec coquetterie. Je ne peux détacher mon regard de quelques éphèbes à la beauté hors du commun, peu vêtus, entièrement épilés, fortement "bodybuildés", qui prennent le soleil d’un air nonchalant en se laissant admirer.

Passe un couple de femmes en train de s’embrasser  amoureusement .Je comprends soudain l’originalité de Mykonos…

Nous demandons au garçon de nous conseiller une plage agréable.

-Pour quoi faire ? répond-il.

-Quid ?

-Il y a les plages pour écouter de la musique douce, d’autres pour la techno, d’autres pour faire un bon repas, d’autres  pour danser, d’autres ...

-Non, une plage pour nager.

Le garçon nous regarde d’un air sceptique et éclate de rire !

 

DSC02546

Peu à peu, les magasins ont ouvert et des familles se promènent dans les rues, une serviette de plage sous le bras. Nous décidons donc de les suivre. Des bus alignés les uns contre les autres conduisent à toutes les plages de l’île. Finalement, nous choisissons de nous rendre à une célèbre plage appelée "Paradise".

     DSC02585         

Le nom pourrait faire croire à un lieu de rêve. Pourtant il s’agit plutôt d’une plage semblable à celles des campings populaires, dissimulée par des canisses, où s’entassent une multitude de gens sous un soleil de plomb, au son d’une musique assourdissante. Peu de personnes dans l’eau. Le garçon du café aurait-il donc raison ? A partir de 17 heures, sous l’effet de l’alcool, l’atmosphère commence à chauffer. Arrive en homme en string léopard qui se met à se trémousser sur un podium, entouré de filles éméchées qu’il encourage à se déshabiller davantage. Fatigués par la chaleur et le bruit, nous décidons de rebrousser chemin. Nous ne saurons donc jamais ce qui ce cache réellement sous les mots “ambiance torride des soirées à Paradise”…

 

DSC02594

           De nuit, les rues de Mykonos semblent métamorphosées. Un festival de lumières. Toutes les boutiques sont ouvertes et ont aligné leurs étals dans les ruelles grouillant de monde. Difficile de se frayer un passage tellement la foule est intense. Partout, des gens attablés en train de manger. Le nombre des restaurant  à Mykonos est impressionnant. Cuisine grecque ou internationale, produits de la mer, un alcool nommé "raki" mais complètement différent du raki turc et qu’il faut absolument goûter, l’île est célèbre pour sa gastronomie. On ne dort pas à Mykonos, l’effervescence dure jusqu’au matin dans les bars et les boîtes. Il faut voir les nuits de Mykonos pour savoir ce que signifie le paradis des noctambules…

 

DSC02556

  Article paru en turc dans le journal N-T Hayat du 29 novembre 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Lieux aimés Grèce

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları