Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 16:08

Tu t’appelais Guillaume, Albert, Vladimir, Alexandre, Apollinaire de Kostrowitzky.
Tu portais le double fardeau d’être un enfant illégitime et un étranger en France.
Tu as écrit tes premiers vers sous le pseudonyme de “Guillaume macabre”.
Ta saison préférée était l'automne.
Tu n’as pas eu ton Baccalauréat.
Pourtant, tu es un des plus grands poètes de la littérature française.

GA-copie-1.jpg

  Mon pauvre « Mal aimé »

A 21 ans, pour gagner ta vie, tu acceptes un poste de précepteur en Allemagne, dans un château au bord du Rhin. Et tombes amoureux de la jeune gouvernante anglaise, Annie Playden.

Annie_Playden.jpg

Les colchiques

Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s'empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-la
Violâtres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne (…)

Cette liaison dure deux ans mais Annie se lasse de ta possessivité et finit par te quitter. Tu  iras à Londres pour tenter de la reconquérir mais en vain. La fleur née de ton chagrin, ce sera la merveilleuse « Chanson du Mal aimé » :

 (…) Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir

 

Adieu faux amour confondu

Avec la femme qui s'éloigne

Avec celle que j'ai perdue

L'année dernière en Allemagne

Et que je ne reverrai plus

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses (…)

 

Cher poète du Pont Mirabeau

Tu te mets à fréquenter les peintres, Derain, Vlaminck, Max Jacob et Picasso et prends la défense du Cubisme.

Metzinger-1910.jpg

Apollinaire par Metzinger en 1910.

Grâce à tes nouveaux amis, tu te lies avec l’artiste Marie Laurencin.

Marie_Laurencin.jpg

Mais ce grand amour prendra fin en 1912. 

Par Marie Laurencin 1909Apollinaire par Marie Laurencin en 1912.

Il en reste « la chanson triste de cette longue liaison brisée », le poème « Le Pont Mirabeau » :

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure (…)

 

 Soupçonné, en partie parce que tu es un étranger, d’être complice du vol de La Joconde, tu es incarcéré 4 jours à la Santé en 1911 !

Dynamique chantre du modernisme avec Alcools

C’est en 1913 que tu fais paraître Alcools, un des plus beaux recueils que je connaisse, et dont de nombreuses poésies avaient déjà été publiées dans des revues. Juste avant de signer le « bon à tirer du livre », tu y opères une révolution : tu supprimes la ponctuation, désarticules tes sonnets et coupes certains de tes alexandrins. Tu veux être moderne ! Le premier poème du recueil, « Zone »,  mélange d’ailleurs autobiographie et éloge de la ville moderne :

(…) Tu es seul  le matin va venir
Les laitiers font tinter leurs bidons dans les rues
La nuit s'éloigne ainsi qu'une belle Métive
C'est Ferdine la fausse ou Léa l'attentive

Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie
Ta vie que tu bois comme une eau-de-vie

Tu marches vers Auteuil tu veux aller chez toi à pied
Dormir parmi tes fétiches d'Océanie et de Guinée
lls sont des Christs d'une autre forme et d'une autre croyance
Ce sont les Christs inférieurs des obscures espérances

Adieu Adieu
Soleil cou coupé

Mon petit soldat français

En 1914, tu t’engages, ce qui te permettra d’acquérir enfin la nationalité française en 1916.  Tu rencontres Louise de Coligny-Châtillon, à qui tu dédieras les Poèmes à Lou.

Lou.jpg

 Grièvement blessé à la tête par un éclat d’obus en 1916, tu es trépané.

trepane.jpg

Tu te fiances brièvement avec Madelein Pagès, ce qui nous a valu le texte de ta "confession". 

Madeleine-Pages.jpg

En 1918, tu  publies les merveilleux Calligrammes...

call.jpg

 ... puis, tu épouses Jacqueline Kolb, la « jolie rousse » mais ironie du sort, tu meurs de la grippe espagnole la même année ! 

Jacqueline-Kolb.jpg

  Très cher Guillaume Apollinaire, tu ne mourras jamais vraiment, tes vers continueront à enchanter les lecteurs et lectrices, qui, comme moi, t’adorent !  D'ailleurs, au Lycée Masséna, à Nice, en classe préparatoire, c'était la lutte pour s'asseoir à la place supposée être la tienne !

Ferre.jpg

Léo Ferré a mis en musique  La Chanson du Mal aimé

Les-Cloches-de-GA--cHAGALL-.jpg

Le poème "Les Cloches", illustré par Marc Chagall

 

Pour nous, tu seras toujours "bien aimé" ! 

 janvier-2010.jpg

Pèlerinage sur ta tombe au Père Lachaise en janvier 2010

 

Ps : presque toutes les illustrations de cet article sont copiées sur Internet, en particulier sur le site officiel "Guillaume Apollinaire", merci aux auteurs...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Littérature pour le lycée

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları