Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 23:00

Tamaris, le petit Bosphore de Michel Pacha (2)

 

Marius Michel descendit à sa cabine, avisa les quatre coffrets qu’il gardait en permanence sur sa commode. Il souleva le couvercle du premier écrin, habillé de soie écarlate et effleura du bout des doigts le soleil aux rayons d’argent diamantés entourant le médaillon d’or cerclé d’émail rouge et gravé du monogramme du sultan. Une bouffée d’orgueil lui souleva le torse. Abdül Hamid II en personne ne lui avait-il pas épinglé ce grand cordon de l’Ordre de la Medjidiye en remerciement de l’avancée rapide des travaux  du nouveau port ? 

 

1 rütbe osmani semse

 

 

Photo Internet

 

 

Et ne l’avait-il pas gratifié en 1879 du grade suprême, celui de Pacha de l’Empire Ottoman ? Un français Général chez les Turcs, cela avait fait couler de l’encre, à Paris comme à Constantinople, les échotiers des gazettes ne tarissaient pas d’éloges sur la fortune du mousse devenu Pacha.

 

 

mecidiye-michel-pacha.jpg

  Photo Internet

 

Dans la seconde boîte, son étoile de l’Ordre de L’Osmaniye, à l’émail rouge et vert, dont le Sultan l’avait honoré le jour de l’inauguration du port, huit ans auparavant. Dans le troisième, son insigne d’Officier de la Légion d’honneur française et dans le quatrième, le parchemin lui conférant le titre de Comte héréditaire de Pierredon dont le Pape Léon XIII l’avait récompensé pour ses bonnes œuvres.

Mais aucune de ces décorations n’avait de plus de valeur que son paradis, sa création, édifiée à l’image du Bosphore et de ses palais.  

 

tamaris-juillet-2008-095.JPG

Marius regarda par le hublot et reconnut enfin le paysage qu’il attendait avec impatience, celui de la anse de Tamaris, si douce et à l’abri du mistral qu’on l’avait surnommée « Le Manteau », éden jadis vanté par George Sand et désormais métamorphosé, par les soins de milliers d’ouvriers, en Istanbul miniature. Cette rade qu’il surnommait désormais son « Petit Bosphore ».

 

 

tamaris juillet 2008 011

 

C’était au retour d’un de ses voyages dans l’Empire ottoman qu’il avait conçu le projet fou de reconstituer là un morceau de cette Constantinople qu’il aimait tant. La réalisation de cette folie de sa vieillesse, sur les quatre cents hectares qu’il avait achetés, avait duré une vingtaine d’années. Les collines avaient été creusées pour combler les marécages, construire une digue et aménager une corniche où serpentait la route côtière. A peine les travaux avaient-ils pris fin que les riches estivants européens déferlaient vers leur nouvelle villégiature. Car ce qu’ils venaient y rechercher, c’était un air de l’ailleurs, un dépaysement absolu que leur procuraient les casinos, l’un en forme de mosquée, l’autre en volutes Art Nouveau et les soixante-dix villas de rêve aux genres éclectiques, dont plusieurs chalets ou demeures orientales.

 

tamaris-juillet-2008-057.JPG

 

 

Les artistes s’y pressaient pour y trouver l’inspiration, Camille Saint-Saëns venait y composer de la musique, Gabrielle d’Annunzio, ses romans, Auguste Renoir ses tableaux. Les frères Lumière eux-mêmes n’avaient-ils pas installé un laboratoire dans la villa  « L’Orientale », fameuse pour sa tour imitant un phare du Bosphore ?

 

 tamaris-juillet-2008-031.JPG

 

 

A suivre...

 

(L'incroyable destin de Michel Pacha fait l'objet de l'un des quatre chapitres du roman Secrets d'Istanbul, Editions GiTa Yayinlari, Istanbul, 2009, en vente en France sur Amazon.fr link Ataturquie.fr link, en Turquie dans toutes les librairies, les sites İnternet de libraires et gitayayinlari.com link)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Michel Pacha Bosphore yalis

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları