Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 19:36

Il y a quelques années, regardant un jour par la fenêtre, j’aperçus six perroquets verts au bec rouge en train de voler dans les arbres au bas de mon immeuble.

Avais-je la berlue ?

Aussitôt, j’appelais mon époux et mes fils pour leur faire découvrir ce spectacle extraordinaire : je ne m’étais pas trompée, il y avait bien des perroquets verts dans le jardin !

 

timeoutistanbul.com.jpg

 Photo du site Timeoutistanbul.com

 

La scène s’est reproduite il y a trois jours : c’est bien un perroquet vert qui a sillonné le ciel de ma terrasse !

La conférence sur les oiseaux d’octobre 2011 à Izmir a établi que deux sortes de perroquets, le Psittacula krameri et le Psittacula eupatria, s’étaient désormais établies en Turquie.

 

agaclar.net.jpg

  

Photo du site agaclar.net

 

L’origine des perroquets stambouliotes ?

 

Originaires de l’Inde et de l’Afrique, on les aurait vus pour la première fois à Ankara en 1976. A partir de 1990, on a pu constater leur multiplication dans la plupart des villes de Turquie et en particulier à Istanbul, où on a compté jusqu’à une cinquantaine de perroquets dans un seul arbre. Un porte-container remontant le Bosphore chargé d’une cargaison clandestine d’oiseau exotiques aurait ouvert ses cages peu avant l’arrivée de la police pour ne pas être surpris en flagrant délit de contrebande. De plus, il y a une dizaine d’années, l’engouement de bon nombre de personnes pour les perroquets (qu’ils auraient ensuite relâchés dans la nature, après s’être rendu compte de la difficulté d’élever un perroquet en appartement) aurait causé leur prolifération. La propension de ces volatiles à se constituer en colonie aurait fait le reste.

 

haber365.com.jpg

 

 Photo du site haber365.com

    

Mais ces très esthétiques oiseaux représentent en réalité une menace pour la faune locale. La rapidité de leur reproduction et leur recherche effrénée de nourriture a fait déjà disparaître d’autres espèces d’oiseaux qui ne parviennent plus à s’alimenter. Leurs seuls rivaux sont la corneille et le goéland, avec lesquels ils n’omettent pas de livrer bataille.

 Personnellement, j’aime beaucoup ces perroquets verts, qui apportent une note exotique aux arbres de la ville. N’oublions pas que ces « bébêtes » sont innocentes. Seul le manque de scrupule de certains humains est responsable de leur obligation à s’adapter à un environnement géographique qui n'était pas fait pour eux.  

 korhaber.com2.jpg

 

Ces photos, copiées sur le site Internet korhaber.com, montrent comment les contrebandiers entassent, pour leur faire passer les frontières, les oiseaux exotiques dans des cages où la plupart mourront de soif ou d’étouffement…   

 

korhaber.com.jpg

 

 Espérons que ces jolis oiseaux pourront vivre en paix dans leur nouvel habitat, sans toutefois porter trop préjudice aux piafs et autres oiseaux de taille réduite…  


haberturk.com.jpg
Photo du site habertuk.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Arbres d'Istanbul

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları