Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 21:00
Istanbul : Le Tambour du Ramadan

 

Une nuit de 1983, à Fatih, me voilà réveillée en sursaut par  un inhabituel vacarme.

Je cours vers la fenêtre du salon et écoute. Je crois identifier un roulement de tambour. Non, ce n’est pas possible ? En pleine nuit ? Y a-t-il vraiment quelqu’un qui ose jouer du tambour à cette heure ? Alors, le tintamarre se rapproche, plus près, encore plus près. Je n’en crois pas mes oreilles, il s’agit bien d’un tambour ! Au même instant, le bruit est devenu si sonore que je devine qu’on frappe juste devant notre immeuble. J’entrouvre mon rideau et stupéfaction ! Un homme est en train de frapper en cadence sur son tambour et juste  sous ma fenêtre, on pourrait croire que c’est pour moi qu’il joue ! Je tire un peu plus le voilage, il frappe de plus en plus fort, on se regarde tous deux, on est presque les yeux dans les yeux. Finalement, je referme mon rideau et allume la lumière. L’homme s’en va tout en continuant à frapper, le son s’éloigne doucement.

Ce n’est que le lendemain que j’apprends qui était cet insolite personnage : le Tambour du Ramadan. Et la raison pour laquelle il attendait devant ma fenêtre : ma lumière allumée l’avait convaincu de sa mission accomplie, m’avoir réveillée pour que je puisse prendre le sahur, repas situé avant l’aube et permettant aux croyants de supporter le jeûne du Ramadan.

 Ankara Makarnası Etiketi.Etiquette de réclame des pâtes Ankara datant des années 1970


Tambour du Ramadan, si étonnant, si poétique, si surréaliste même, que j’en ferais plus tard le personnage principal de mon livre, Fenêtres d’Istanbul.

Plusieurs années après la sortie de mon roman, à Teşvikiye, un jour, j’entends des bruits sur mon palier, je regarde par le judas et ne distingue rien dans le noir, par contre, j’entends distinctement le frottement de deux mains sur le mur, je suppose que quelqu’un est en train de chercher l’interrupteur. Peu rassurée, je demande :

— Qui est là ?

Une voix d’homme me répond :

— Ne t’inquiète pas, ma sœur, c’est moi...

— Qui est-ce ?

— C’est moi, ma sœur, le Tambour du Ramadan !

Il ignorait pourtant que j’avais fait de lui un héros de roman !

 

 

 Ce texte est extrait de Mes Istamboulines, Editions GiTa, 2010.

 

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları