Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 23:00

Saint Nicholas 2 (2)

Saint Nicholas (245-363), né dans une riche famille de la ville lycienne de Patara, était un jeune homme épris de mysticisme qui n’aimait rien tant que la fréquentation des églises. Après avoir étudié la théologie au monastère de Xanthos, il devint prêtre de l’église de Myra ou Demre et se fit rapidement connaître pour ses innombrables miracles : sauver ses concitoyens de la famine, arrêter une tempête juste avant que le bateau ne fasse naufrage…

 

fft17 mf151920On raconte qu’un père désespéré de ne pouvoir, faute d’argent, constituer le trousseau de ses trois filles, envisageait de vendre l’une d’entre elles au marché aux esclaves pour doter les deux autres lorsque saint Nicholas leur jeta en catimini, à travers la fenêtre, une bourse pleine d’or…

Saint Nicholas consacra toute sa fortune à secourir les miséreux. Protecteur des marins, des commerçants, des indigents mais surtout des enfants, saint Nicolas est l’objet de nombreuses légendes, dont la plus célèbre raconte qu’après sa mort, une source d’huile bienfaisante opérant des guérisons inespérées jaillit de son tombeau. 

 

Pour commémorer la mort du saint, la ville de Demre organise chaque année, le 6 décembre, la journée du Père Noël. Les âmes romantiques n’ayant rien perdu de leur imagination d’enfant ont même la possibilité de se marier dans l’église Saint Nicholas.

Photo Internet

  st-nicolas-demre-2.jpg

Photo Internet

 

L’Église Saint Nicholas de Demre, édifiée après la mort du saint et le Musée du Père  Noël comptent en effet parmi les plus célèbres lieux de pèlerinage en Turquie.

 

Saint Nicolas dans Grimoire d'Istanbul, Editions GiTa, 2006.Grimoire d'Istanbul

link

 

 

           DEMRE-NOEL-BABA-KILISESI-KARTPOSTAL 26960672 0

Alice progressa dans les trois absides, détailla le sol recouvert de mosaïques en marbre et albâtre, pénétra dans la Basilique et se mit à détailler le portrait de saint Nicolas aux teintes passées[1]qui ornait une immense niche. Elle fixa les yeux de l’icône. La légende racontait que le saint, archevêque de la ville lycienne de Myra, héritier d’une immense fortune à la mort de ses parents, l’avait entièrement dépensée pour secourir les pauvres. Il avait même, disait-on, envoyé incognito un sac d’or à travers la fenêtre d’une jeune fille à marier que son père, ruiné, s’apprêtait à vendre comme esclave. Puis, souhaitant aider ensuite les petites  sœurs de la jeune fille mais ayant trouvé la fenêtre fermée, leur avait envoyé à chacune une bourse pleine en la jetant dans le conduit de la cheminée. On affirmait aussi qu’il avait ressuscité trois garçonnets assassinés et jetés dans un saloir par un boucher sanguinaire. Au fil du temps, sa prodigalité légendaire et ses miracles avaient  fait de lui le protecteur des enfants. Jusqu’à ce que le mythe ne grandisse et  ne transformât le saint en Père Noël.

 

         Alice fit encore quelques pas et pénétra dans la Basilique. Devant elle se dressait le sarcophage éventré, recouvert de deux gisants, qui avait autrefois abrité les reliques de saint Nicolas. Alice sourit en se remémorant ce que lui avait raconté Antonio. Les ossements du saint, volés au Moyen-âge par des pirates italiens, avaient été placés dans l’église de Bari et une fondation turque, sous la bannière « Rendez-nous les os du Père Noël » militait pour qu’ils fussent restitués à l’église de Demre. Alice s’appuya contre une colonne, observa un moment des touristes en train de prendre des photos puis ressortit et gagna le parvis de béton où se dressait, juchée sur un globe terrestre, une immense statue du saint digne d’un cabinet de curiosités... 

 

  Saint Nicholas


 

 [1] Eglise Saint-Nicolas à Demre ( Kale), ancienne Myra. Sur les restes de la première chapelle, édifiée au 4ème siècle pour accueillir la dépouille du saint, détruite par des séismes au 5ème et au 8ème siècles, reconstruite puis démolie lors d’une incursion arabe du 11ème siècle, l’Empereur byzantin Constantin IX Monomaque et l’impératrice Zoé firent élever une basilique.

 

Sur Amazon.fr :

 

Janus Istanbul

   La Trilogie d'Istanbul-copie-1

Mes Istamboulines petite résolution-copie-1

 

Maphperi mai 2012 FR

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Lieux aimés

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları