Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 14:54

 

 

Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ?


Sol invictusAu IIIème siècle, l’empereur Aurélien décida de créer une fête qui permettrait d’harmoniser les coutumes de l’empire romain, très différentes selon les régions. Ce fut ainsi qu’il institua le 25 décembre, date du solstice d’hiver selon le calendrier Julien, la fête de Sol Invictus ou Soleil invaincu, jour de naissance du soleil ou Dies Natalis Solis. 

Après la christianisation de l’Empire romain, les Pères de l’Eglise, constatant que la majorité des populations continuaient Photo Internet                                        à commémorer le jour de Sol İnvictus prirent donc la décision  de fixer le 25 décembre le jour le la naissance du Christ. Dies Natalis devint “Natale” ou “Noël”…    
ange noel 2

 

Et qu’en-est-il du Jour de l’An  ?

Dans l’Antiquité, le calendrier romain fixait le Jour de l’An au mois de mars mais lorsque Jules César adopta le calendrier Julien, il déplaça la fête au 1er janvier, qui devint la fête de Janus, dieu à deux visages symbolisant le passé et l’avenir. Cependant, la date du Jour de l’An variait souvent en fonction des coutumes locales et il fallut attendre 1564 pour que Charles IX rende obligatoire le 1 janvier comme point de départ de la nouvelle année. Puis, en 1582, lorsque le pape Grégoire imposa le calendrier grégorien, la date du 1er janvier devint définitivement celle du Jour de l’An dans les pays occidentaux.  

     Ange Noel (2)

 

Le 31 décembre, 365ème jour du calendrier grégorien, porte aussi le nom de la Saint Sylvestre. Mais qui était donc Sylvestre ? Trente-troisième pape, il a vécu sous le règne de Constantin. La Légende dorée, de Jacques de Voragine, raconte que l’empereur Constantin, malade de la lèpre, fut miraculeusement guéri par le baptême que lui aurait administré Sylvestre en l’immergeant complètement dans un bassin, ce qui l’aurait convaincu de propager le christianisme dans l’Empire romain…

 

 061 001

 

Pourquoi s’embrasse-t-on en Europe sous le gui ?

     gui

 

Parce que, comme l’explique Pline le Jeune, les Celtes ramassaient sur les chênes avec une faucille d’or cette plante, qui, ne se fanant pas, symbolisait pour eux l’immortalité.

S’embrasser sous le gui équivaut donc à se souhaiter une longue vie…

En Provence, on considérait autrefois que les fêtes de Noel commençaient le 4 décembre, le jour de la Sainte Barbe pour se finir à l’Epiphanie, le 6 janvier.

 

cpa fait mainCarte postale de 1913 de fabrication artisanale

 

Je terminerai par ce dicton provençal :

« A l'an que ven ! Se sian pas mai, que siguen pas men ! »

« A l'an qui vient ! Si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins ! »

 

 noel1

Partager cet article

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Articles, Essais, Commémorations

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları