Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 12:40

En ce début de semaine de Toussaint et de Fête des Défunts, voilà une petite visite mémorielle dans le très célèbre cimetière du Château de Nice.

Si je lui ai attribué le qualificatif de « marin », c’est qu’il offre un imprenable panorama sur la baie de la ville et laisse entrevoir, entre les branches des arbres, le bleu de la mer.

Le cimetière « marin » du Château de Nice, une page d’histoire…

Elevé en 1783 sur les ruines de la citadelle détruite par Louis XIV, il possède autour de 2800 tombes disposées en terrasses, dont certaines sont de véritables mausolées ; d’autres sont ornées de statues gigantesques dont les sculpteurs ont remporté huit Prix de Rome et qui permettent de le comparer au cimetière de Gênes.

Le mausolée Grosso, surmonté d'un ange gigantesque...

Le mausolée Grosso, surmonté d'un ange gigantesque...

Un bel éphèbe appelé le "gardien des cendres"...

Un bel éphèbe appelé le "gardien des cendres"...

On y trouve beaucoup de sépultures de personnages historiques (Léon Gambetta, Emil Jellinek, fondateur de Mercedes…),  célébrités du monde des arts (Alfred Van Cleef, joaillier, Gaston Leroux, écrivain, René Goscinny, auteur de bandes dessinées, Georges Lautner, cinéaste) ou Anglais qui ont fait la réputation de la Côte d’Azur. Notons que même dans certaines tombes récentes, les familles perpétuent la tradition de la statuaire.

Le mausolée Delfin symbolisant les étapes de la vie…

Le mausolée Delfin symbolisant les étapes de la vie…

Le cimetière « marin » du Château de Nice, une page d’histoire…
Le cimetière « marin » du Château de Nice, une page d’histoire…
Des vers de Leconte de Lisle...

Des vers de Leconte de Lisle...

A côté se trouve le cimetière juif, dont l’entrée se caractérise par un cénotaphe à la mémoire des déportés.

« Cette urne contient des cendres de nos martyrs assassinés dans les chambres à gaz et les fours crématoires d’Auschwitz, Pologne »

Le cimetière « marin » du Château de Nice, une page d’histoire…

La deuxième colonne grave dans le marbre le souvenir des horreurs de la guerre : « Cette urne contient du savon à la graisse humaine fabriqué par les Allemands du III e Reich avec les corps de nos frères déportés. »

Le cimetière « marin » du Château de Nice, une page d’histoire…

Une stèle qui a attiré mon attention par le nom des Camondo, célèbre famille ottomane qui avait émigré en France au XIXe siècle (où leurs descendants ont connu un tragique destin, cent ans plus tard, lors de la Seconde Guerre mondiale, disparaissant tous à Auschwitz…) et dont plusieurs monuments perpétuent encore le souvenir à Istanbul, comme  l’Escalier Camondo, l’Immeuble Camondo ou le mausolée d’Abraham Camondo...

Le cimetière « marin » du Château de Nice, une page d’histoire…

Je finirai par quelques vers de Baudelaire enjoignant à ne pas oublier les défunts :

 Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs,
Et quand Octobre souffle, émondeur des vieux arbres,
Son vent mélancolique à l'entour de leurs marbres,
Certes, ils doivent trouver les vivants bien ingrats,
A dormir, comme ils font, chaudement dans leurs draps,
Tandis que, dévorés de noires songeries,
Sans compagnon de lit, sans bonnes causeries,
Vieux squelettes gelés travaillés par le ver,
Ils sentent s'égoutter les neiges de l'hiver
Et le siècle couler, sans qu'amis ni famille
Remplacent les lambeaux qui pendent à leur grille...

Le cimetière « marin » du Château de Nice, une page d’histoire…
Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1 - dans Côte d’Azur Provence Nice Lieux aimés Commémorations
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 16:55

C'est entre Mandelieu-La Napoule et le village de Tanneron que l'on peut admirer un des plus sauvages itinéraires de la célèbre "route du mimosa".

Une image valant mille mots, je me contenterai de laisser la place aux photos...

Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Côte d’Azur : folie de mimosas, mimosas en folie
Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans Côte d’Azur Provence Lieux aimés Mimosa
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 21:11

Les lecteurs et lectrices qui suivent mon blog depuis longtemps savent qu’il y a une cité à laquelle je suis particulièrement attachée, c’est celle de Tende, au bout de la vallée de la Roya.

Voir l'article http://gisele.ecrivain.istanbul.over-blog.com/article-a-tende-chez-mes-aieux-72950059.html

On pourra se demander par quel cheminement quelqu’un qui se définit comme « écrivaine d’Istanbul » accorde tellement d’importance à Tende. La raison ? C’est de là que viennent mes ancêtres paternels et chaque promenade dans le cimetière, où le nom des « Durero » apparaît sur une multitude de tombes, me rappelle que je n’ai pas tort d’accorder à cette ville une place exceptionnelle dans mon cœur.

Comme je collectionne les cartes postales anciennes de ma cité fétiche, j’ai décidé d’en mettre quelques unes sur mon blog, pour ceux et celles, qui, comme moi, aiment Tende…

  

 

Tende en 1902

Tende en 1902

Tende en 1907

Tende en 1907

1909, carte signée Emilia Durero

1909, carte signée Emilia Durero

Tende en 1909

Tende en 1909

Tende en 1911

Tende en 1911

Tende en 1921

Tende en 1921

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans Tende Côte d’Azur Provence Lieux aimés
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 13:05

Appelée aussi « Corniche d’Or », en raison de ses grandioses paysages, la Corniche de l’Estérel envoûte par ses rochers de porphyre rouge plongeant de façon abrupte dans la mer.

Ce littoral de la Côte d’Azur, entre Théoule sur mer et Saint-Raphaël, moins peuplé que la portion s’étendant entre Cannes et Nice, offre des paysages sublimes ayant parfois conservé un caractère sauvage, sans doute à cause de la difficulté d’accès au rivage, souvent bordé de petites falaises de rochers rouges. Mais les amoureux de la mer y trouveront des calanques de rêve…

 

Une plage aux alentours d'Agay

Une plage aux alentours d'Agay

Se prendre pour Robinson au milieu des rochers....

Se prendre pour Robinson au milieu des rochers....

Entre Agay et Anthéor...

Entre Agay et Anthéor...

Les roches de porphyre rouge....

Les roches de porphyre rouge....

La mer à l'infini...

La mer à l'infini...

Subtil mélange du bleu et du vert...

Subtil mélange du bleu et du vert...

La montagne et la mer...

La montagne et la mer...

Calanque sauvage…

Calanque sauvage…

Le village privé "troglodyte" de Port La Galère

Le village privé "troglodyte" de Port La Galère

Une crique habitée...

Une crique habitée...

Une beau panorama sur Théoule et La Napoule...

Une beau panorama sur Théoule et La Napoule...

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans Côte d’Azur Provence Lieux aimés
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 23:06
Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton

Quand on pense à la célèbre Côte d’Azur, les premières choses qui viennent à l’esprit sont les plages et les bains de mer.

Pourtant, pour moi qui suis native de Cannes, c’est en hiver et au printemps que j’apprécie le plus les paysages et la vie de mon pays natal.

Qu’est-ce qui me plaît le plus en cette saison ? Parmi tout ce que j’aime, j’ai choisi aujourd’hui de vous présenter une des plus originales manifestations de la saison : La Fête des citrons à Menton.

Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton

Menton, située entre la Principauté de Monaco et la frontière italienne, est une des plus jolies villes de la Côte. Son charme principal est d’avoir conservé son authenticité, en préservant son architecture de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, contrairement à d’autres villes défigurées par le béton. Ses ruelles débordantes de vies, ses placettes bordées de petits restaurants, ses magasins d’artisanat font qu’une balade à Menton peut vous occuper une journée entière.

Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton
Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton

La plus grande originalité de cette cité qui bénéficie d’un micro climat, est d’être appelée la « capitale du citron ». C’est là que vous pourrez vous procurer savons parfumés, eaux de Cologne, confiseries, confitures, biscuits, liqueur, le fameux « Limoncello » et bien sûr, tout à base de ce fruit qui fait la fierté de la ville, le Citron de Menton, qui ne mérite son appellation que s’il est cultivé à moins de sept kilomètres de la mer.

Sa particularité est d’être très juteux, très parfumé, peu acide, sans aucune amertume et quatre fois plus gorgé de sucre que les autres citrons. Et pour mettre en valeur ce fruit qui a tant apporté à la prospérité de la ville, on célèbre chaque année la Fête du Citron, qui consiste à décorer le plus grand jardin public avec des maquettes géantes habillées d’oranges, mandarines et citrons.

Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton
Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton

Comment réalise-t-on ces décors géants ? On fabrique d’abord une armature en fer et les agrumes sont ensuite attachés sur le grillage avec des élastiques, afin de ne pas être troués, car ils seront vendus à bas prix après la fin de la fête pour réaliser des confitures.

Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton

Il ne faut pas moins de douze mois de préparatifs puis 120 tonnes de fruits et un million d’élastiques pour construire ces extraordinaires maquettes !

Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton
Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton

Sans parler de toutes les personnes ayant passé des heures à attacher les fruits avec les élastiques !

Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton
Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton

La Fête des citrons, un enchantement renouvelé chaque année !

Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton
Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton
Côte d’Azur : Citrons en fête à Menton
Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans Côte d’Azur Provence Lieux aimés
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 23:35

Fichée dans une falaise rocheuse du Var, la Sainte Baume ou grotte de Marie-Madeleine, est un endroit magique : lieu de pèlerinage sacré, site historique et trésor naturel auquel on accède par un large chemin ponctué d’oratoires, en cheminant à travers une magnifique forêt d’arbres séculaires, considérée comme sacrée depuis l’Antiquité.

Provence : le site magique de la Sainte Baume

La légende raconte que  Marie-Madeleine, après la crucifixion, aurait fui dans une barque, puis aurait abordé en Provence aux Saintes Maries de la mer, aurait évangélisé la région et enfin, serait venue passer les trente dernières années de sa vie dans la grotte, devenue depuis le Moyen-âge un lieu de pèlerinage où vinrent se recueillir de nombreux rois , dont Saint Louis, François Ier et Louis XIV. 

Provence : le site magique de la Sainte Baume

Au XIIIe siècle, Charles II d’Anjou découvrit un tombeau qu’il estima être celui de la sainte et qu’il plaça dans la basilique de Saint Maximin. Je ne me prononcerai pas sur la véracité de l’histoire, puisqu’une autre version dit que Marie-Madeleine a été enterrée à Ephèse, dans la Caverne des Sept Dormants. 

Provence : le site magique de la Sainte Baume

J'ai eu la chance de me rendre à la grotte un matin d'hiver, lorsque rien ne trouble la quiétude du lieu, lorsque les herbes s’habillent de la blancheur du givre et que les arbres à demi dénudés dressent leurs silhouettes fantomatiques dans la brume. 

 

Provence : le site magique de la Sainte Baume

L’ascension jusqu’à la grotte dure entre une quarantaine de minutes et une heure, en fonction de votre rythme de marche.  

Provence : le site magique de la Sainte Baume
Provence : le site magique de la Sainte Baume

Départ sous deux arbres historiques ; le sol est parsemé de givre.

Provence : le site magique de la Sainte Baume

La fontaine de Nans pour se désaltérer.

L’ascension se termine par des marches.

Provence : le site magique de la Sainte Baume

Une représentation de la crucifixion avec Marie-Madeleine, à l’entrée du site.

Provence : le site magique de la Sainte Baume

L’entrée de la grotte, aménagée en chapelle.

Provence : le site magique de la Sainte Baume
Provence : le site magique de la Sainte Baume
Provence : le site magique de la Sainte Baume

En descendant des marches, on accède au fin fond de la caverne, où se trouve une autre statue de Marie- Madeleine.

Provence : le site magique de la Sainte Baume

Nous terminons notre périple par une visite de l’extraordinaire basilique de Saint Maximin.

Provence : le site magique de la Sainte Baume

Dans la crypte, le reliquaire de Marie-Madeleine (au milieu, en haut, on distingue un crâne)

Provence : le site magique de la Sainte Baume

Que vous soyez croyant ou pas, que vous considériez cette visite comme un pèlerinage ou une simple promenade, la grotte de la Sainte Baume ne manquera pas de vous envoûter.

Provence : le site magique de la Sainte Baume
Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans Côte d’Azur Provence Lieux aimés Sainte Baume
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 22:00

« Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle », disait Charles Baudelaire.


Les fenêtres qui m’ont fait rêver sont des fenêtres d’été, arrosées de soleil, parfois à demi fermées pour se garder de la chaleur, parfois noyées dans une apaisante verdure ou carrément grand ouvertes pour se gorger des rayons de juillet.

 

Cannes :  les fenêtres  de la gare des autobus, avec leur trompe l’œil…

cannes.JPG

 

Antibes : quand la fenêtre se transforme en jardin...

antibes.JPG

Ou se pare d’un décor naïf…

antibes-2.JPG

 

Grasse : la poésie costume les vieux murs…

grasse.JPG

 

 Saint-Tropez : le blanc immaculé du linge, comme au temps de nos grands-mères…

saint-trop.JPG

Ou les volets jouant les filles de l’air…

saint-trop-2.JPG

 

 Ephèse : les fenêtres fantômes de la bibliothèque de Celsius

celsius.JPG

Ou les vitraux mystiques de la mosquée d’Isa Bey...

isa-bey.JPG

Ou les niches catacombes de la caverne des Sept Dormants...

7 dormants

Ou les sobres ouvertures de la maison de la Vierge Marie, commémorant la Dormition de celle que les Tucs nomment "Meriem Ana"...

meriem.JPG

Et  les fenêtres de Selcuk, ouvertes sur le passé de plusieurs civilisations...

selcuk.JPG

 

Rhodes : les meurtrières des chevaliers…

rhodes.JPG

 

Santorini : des lucarnes faiseuses d’ombre pour nuancer le bleu et le blanc…

santorini.JPG

 

Mykonos : les fenêtres dégingandées de la Petite Venise…

mykonos-3.JPG

Ou la magie du bleu...

mykonos.JPG

Ou un balcon pour Roméo…

mykonos-2.JPG

 

 

Et enfin, une fenêtre qui n’est pas la plus pittoresque mais que j’aime plus que les autres…

ETE-2012-0430.JPG
Mes Istamboulines

Lien vers Amazon.fr :link

 

Mes Istamboulines petite résolution-copie-1

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Lieux aimés Cannes Grèce Côte d’Azur Provence
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 22:24

Tous mes lecteurs (lectrices) savent que je suis une fanatique de l’accordéon. Alors, depuis environ une décennie, je ne rate pour rien au monde les Etoiles de Nacre de Saint-Jeannet.

 

ETE-2012-0061.JPG 

 Ce charmant village de l’arrière pays niçois a la fierté d’organiser chaque année un festival de l’accordéon auquel participent les plus grands artistes. C’est grâce à Saint-Jeannet que j’ai pu avoir la joie d’assister aux concerts de Domi Emorine et Roman Janov ainsi qu’à d’autres merveilleuses prestations d’artistes célèbres.

 ETE-2012-0049---Copie.JPG

Cette année, grâce à Tadji, j’ai enfin ma photo avec Richard Galliano, qui a gentiment posé pour nous (au milieu, le maire de Saint-Jeannet )…

 Ce soir donc, j’ai eu le bonheur de me rendre pour la deuxième année consécutive au concert que Richard Galliano donnait sur la charmante place de l’église, à l’ombre du clocher et des vols de pigeons.

ETE-2012-0057.JPG

Richard Galliano, je l’ai entendu plusieurs fois en concert dans des salles prestigieuses mais j’avoue que le voir jouer de si près est un plaisir immense (voir mon article de juillet 2011 intitulé "Richard Galliano aux Etoiles de nacre de Saint-Jeannet"). Je ne m’étendrai pas sur son génie créatif et sa virtuosité, que tous les amateurs d’accordéon connaissent. Il se produisait ce soir avec les musiciens d’Azul Quintet et ce fut, comme toujours, magique et envoûtant.

ETE-2012-0055.JPG 

Merci à tous les musiciens qui jouaient avec lui et à Monsieur Galliano pour nous offrir un tel enchantement.

En espérant vous réentendre à Istanbul (Richard Galliano a joué à Istanbul plusieurs fois, la plus récente en juin 2011…)

ETE-2012-0063.JPG

 

Ajout de 2014 : Bon, me voilà au bord de la dépression car le merveilleux festival des Etoiles de nacre a disparu de Saint-Jeannet ! J'espérais le voir ressurgir cette année mais non, les sites Internet écrivent désormais cette phrase fatidique : "ce festival n'existe plus" ! je m'insurge !

Comment est-ce possible ? Un été sans les Etoiles de nacre ?

Si un habitant de Saint-Jeannet lit un jour ce billet, qu'il m'explique pourquoi on nous a rendus orphelins des Etoiles de nacre !

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Lieux aimés Côte d’Azur Provence Accordéon
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 22:58

Il suffit d’un avion pour changer d’univers et passer d'Istanbul à Cannes, ma ville natale... SAM_0016.JPG

cannes-bla.png Cannes, avec sa colline du Suquet pour contempler le vieux port.

SAM_0057.JPG

Avec son Masque de fer…

SAM_0066.JPG

Son restaurant turc...

SAM_0048.JPG

 Sa vieille ville,  au bas de  la rue d’Antibes et le chemin que j’ai emprunté des centaines de fois, jadis, lorsque j’étais lycéenne...

SAM_0072.JPG

Son matou  familial…

chat-cannes.JPG

Et les feuilles du jardin blanchies de givre…

SAM 0025

Puis, j'enroule l’écheveau en sens inverse et je retrouve Istanbul...  SAM 0010

istanbul blaIstanbul, avec ses collines de Beyoglu pour contempler le Bosphore...

STP64355.JPG

 Ses boulevards illuminés...

SAM_0081.JPG

La rue que j’ai empruntée des centaines de fois en retournant de mon travail au lycée...

SAM_0074.JPG

Son matou turc à la fenêtre, prince insolite aux yeux vairons... 

SAM_0148.JPG Et ses étoiles rieuses...

SAM_0149.JPG

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
     Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

(Verlaine)

Le passage à la nouvelle version d’over-blog ayant occulté mes articles antérieurs à janvier 2012, je republie ces derniers pour les sortir des oubliettes…

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Cannes Côte d’Azur Provence
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 09:29

 

               Cela fait des années que je ne saurais concevoir un mois de juillet sans me rendre au Festival d’accordéon de Saint-Jeannet.


premier-copie-1.JPG

 

                  Ce charmant village, sis au bas du célèbre «baou», est en passe de devenir un des hauts lieux de l’accordéon en France. Car la petite scène sans prétention blottie contre le mur de l’église a accueilli au fil des ans de grands artistes comme Lucien Galliano, Domy Emorine, Roman Janov, Aude Giuliano, Guy Giuliano pour ne citer que quelques uns ( que les autres me pardonnent, j’ai parfois oublié leur nom mais jamais leur musique ni leur talent…) de ces virtuoses du « piano à bretelles » ! (J’aime cette périphrase désuète désignant mon instrument fétiche, même si elle déplaît parfois aux diplômés des conservatoires mais non, je vous assure, « piano à bretelles »…)  

 

1 

             Samedi 18, donc, me voilà prête une fois de plus à affronter la route pour assouvir ma passion de l’accordéon. Et je ne veux pas être en retard. Car ce soir, la scène accueille le Sextet de Richard Galliano !  

 3

     

             J’avais déjà eu la chance de voir le Maître en concert dans les arènes de Cimiez, lors du Festival de jazz, il y a quelques années et aussi à Istanbul. Dans les deux cas, il devait se trouver au moins 300 personnes me séparant de la scène. Mais à Saint-Jeannet, la scène dressée sur la place du village permet de voir de près les musiciens quand ils jouent, d’observer le jeu de leurs doigts, leurs mimiques, leurs regards ; on a presque l’impression d’assister à un concert « entre amis ». D’autant plus que Richard Galliano se produisait deux fois, à 18h et à 20h30 et que le premier horaire donnait l’occasion unique d’assister à un concert « en plein jour », avec les pigeons curieux voletant au-dessus de la contrebasse pour se délecter de ses accords.  

 

4.JPG

             

           Le Sextet a d’abord interprété des morceaux de Bach puis des compositions de Richard Galliano comme la merveilleuse « Valse à Margaux », le « Tango pour Claude » ou la « Habanerando » et bien sûr, des chefs-d’œuvre d’Astor Piazzola.

 

5

        

      Richard Galliano enchante, au sens propre du terme. Avec son accordéon, son bandonéon, ses compositions, son génie musical mais aussi son sourire et sa simplicité.  

 6 

           Après le concert, je cours acheter un CD pour le lui faire dédicacer, je piaffe d’impatience dans la file massée devant le stand de vente de crainte que l’artiste ne s’envole, j’avais envisagé d’en faire dédicacer un second pour Monsieur Hagop, mon vénéré professeur, le plus grand accordéoniste d’Istanbul mais le temps presse, les vendeuses semblent débordées, je n’ai le temps d’en acheter qu’un seul, je cours de nouveau et ouf, Richard Galliano est encore près de la fontaine de Saint-Jeannet. J’aimerais bien lui exprimer mon admiration et lui parler aussi du magnifique livre sur Piazzola auquel il a participé mais j’écris finalement plus facilement que je ne parle, j’aimerais bien aussi me faire prendre en photo à ses côtés mais je n’ose pas le lui demander…

        Enfin, j’ai mon beau CD rouge dédicacé « Pour Gisèle », qui occupera une place d’honneur dans mon « coin musique » … 

  

7.JPG

 


Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Lieux aimés Accordéon Côte d’Azur Provence

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları