Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 10:13

Ingrédients

- 6 poivrons rouges de type « Kapya » et 6 petits piments rouges ( vous pouvez mettre plus de piments si vous la souhaitez très piquante…).

-Deux verres et demi de sucre

-Un verre et demi d’eau

-Un demi-jus de citron

-Un paquet d’agar-agar (facultatif)

-Quantité obtenue : un pot à confiture plus un petit pot (style petit pot de miel).

Istanbul : Confiture de poivrons rouges à la turque

Laver les poivrons, les peler soigneusement avec un épluche-tomate, enlever toutes les peaux intérieures et les graines, les laver de nouveau.

Istanbul : Confiture de poivrons rouges à la turque

Couper en petits dés.

 

Istanbul : Confiture de poivrons rouges à la turque
Istanbul : Confiture de poivrons rouges à la turque

Recouvrir avec les deux verres et demi de sucre fin et laisser attendre deux heures.

Istanbul : Confiture de poivrons rouges à la turque

Ajouter un verre et demi d’eau.

Cuire 40 minutes à partir de l’ébullition.

Peu avant la fin de la cuisson, ajouter le paquet d’agar agar dilué dans du jus que vous prenez dans la confiture et l’incorporer à la confiture à travers un tamis pour éviter les grumeaux ; faire cuire en tournant deux minutes ; puis ajouter le jus de citron, laisser cuire encore 5 minutes et éteindre.

Mettre en pot encore chaud. Fermer bien les couvercles et retourner les pots de façon à rendre la fermeture hermétique ; retourner le lendemain.

Istanbul : Confiture de poivrons rouges à la turque

Cette confiture pimentée est délicieuse avec les viandes grillées ou avec une purée (ou terrine) de fèves sèches ou lentilles blondes (autre recette turque).

Si l'on souhaite une consistance plus fine, on peut aussi passer les poivrons au mixeur au milieu de la cuisson...

Si l'on souhaite une consistance plus fine, on peut aussi passer les poivrons au mixeur au milieu de la cuisson...

Mon dernier roman, Sultane Gurdju Soleil du Lion, paru en mai 2015 (en turc, Gurcu Hatun, à paraître)

 

Lien sur le livre vers Bazar turc, site de vente d’Ataturquie :

http://bazarturc.com/483-sultane-gurdju-soleil-du-lion-dynasties-de-turquie-medievale.html

 

Lien sur le livre vers Amazon.fr

http://www.amazon.fr/Sultane-Gurdju-Soleil-du-Lion/dp/9758915754/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1455230655&sr=8-1&keywords=sultane+Gurdju+soleil+du+lion

Istanbul : Confiture de poivrons rouges à la turque

Vous pouvez suivre aussi mon blog Littérature-Edebiyat : Gisèle Durero-Koseoglu

http://giselelitterature.blogspot.com.tr/

Repost 0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 18:33

L’actualité étant particulièrement sombre en Turquie ces derniers jours, j’ai décidé, pour occuper mon esprit qui bat la campagne en remuant de funestes pensées, de me livrer à un « divertissement » utile et ancestral, la confection de confiture !

Prendre un kilo et demi de mandarines ; on peut utiliser des mandarines normales ou des mandarines à peau verte ; ce sont mes préférées car elles n’ont pas de pépin ( si vos fruits ont des pépins, il faut absolument les enlever).

Noter que j'ai mélangé les photos de deux séances de confiture, l'une avec des mandarines à peau très verte, l'autre avec des fruits à la couleur plus traditionnelle...

Istanbul : Confiture de mandarines nouvelles à l’Orientale

Les faire attendre dans de l’eau tiède que vous changerez plusieurs fois pour enlever les traces de pesticides puis les laver encore à la main une à une longuement.

Le principe de base est que la moitié des mandarines conservent leur écorce, les autres sont pelées (il faut veiller à bien enlever la peau interne, blanche et spongieuse).

Couper la moitié des mandarines en fines lamelles avec leur peau : couper d’abord la partie épaisse du pédoncule, la jeter puis couper la mandarine en deux et ensuite découper chaque moitié en fines lamelles.

Un autre essai avec des mandarines à la peau un peu moins verte...

Un autre essai avec des mandarines à la peau un peu moins verte...

Eplucher l’autre moitié des mandarines et les détacher gousse à gousse.

Le mélange gousses et écorce en lamelles...

Le mélange gousses et écorce en lamelles...

Mon essai de ce matin mais j'ai travaillé trop vite et les lamelles sont un peu trop épaisses...

Mon essai de ce matin mais j'ai travaillé trop vite et les lamelles sont un peu trop épaisses...

Recouvrir avec 1100 grammes de sucre pour 1400 grammes de fruits (ce qui reste après épluchage) ; attendre une heure que les mandarines rendent leur jus en remuant de temps en temps avec une cuillère en bois. Si on les fait attendre plus longtemps, elles rendent trop de jus et la confiture est plus liquide ; ça dépend de vous goûts.

Istanbul : Confiture de mandarines nouvelles à l’Orientale

Cuire à feu moyen 35 minutes à partir de l’ébullition en écumant de temps en temps.

Quand la confiture a refroidi, mettre en pot...

Istanbul : Confiture de mandarines nouvelles à l’Orientale

Cette confiture est délicieuse, aigre-douce ; elle est meilleure quand les lamelles conservant leur écorce ont été coupées très fin…

Si vous la faites cuire plus de 40 minutes, elle épaissit et prend une consistance de caramel absolument sublime mais elle est alors très difficile à prendre à la cuillère…

Istanbul : Confiture de mandarines nouvelles à l’Orientale
Repost 0
Published by Gisèle, écrivaine d’Istanbul - dans Cuisine turque Confiture de mandarines recettes turques
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 15:09

Depuis le 3 novembre, dixième jour, cette année,  du mois musulman de Muharrem, de nombreuses femmes en Turquie confectionnent cet extraordinaire dessert, qui porte le nom de la fête religieuse concernée, l’Achuré (« Aşüre », en turc).

L’Achuré est considéré comme un symbole d’abondance ; on le prépare en grande quantité pour pouvoir en offrir à la famille, aux amis, aux voisins.

 

Le délicieux Achuré de Nilay

Le délicieux Achuré de Nilay

Surnommé « Le repas du Déluge » ou « La soupe des grâces », il renferme jusqu’à 41 ingrédients !

Photo du site kadinlaricin.net

Photo du site kadinlaricin.net

Mais quelle est donc l’origine de cet extraordinaire mélange ?

Turquie : un dessert extraordinaire, l’Achuré (aşüre)

L’origine est religieuse.

On raconte que durant le Déluge, les provisions s’étant amenuisées dans l’Arche, tout le monde commençait à mourir de faim lorsque Noé eut l’idée de racler les fonds de sacs et de faire cuire ensemble tous les ingrédients qu’il y avait trouvés.

Pour les musulmans, l’Achuré a aussi une signification symbolique ; il commence par un jour de jeûne car il commémore dix « grâces » accordées par Dieu à ceux qui sont considérés comme ses prophètes et survenues un jour d’Achuré, selon la tradition :

Pour Adam, le pardon pour ses péchés.
Pour Abraham, le jour de la naissance de son fils.
Pour Noé, l’arrivée de l’Arche sur le Mont Ararat.
Pour Moïse, l’ouverture des eaux de la Mer Rouge lorsqu’il était poursuivi par Pharaon.
Pour Jacob, le jour où il est sorti de la cécité.
Pour Joseph, le jour où il est sorti du puits où ses frères l’avaient précipité.
Pour Jonas, le jour où il est sorti du ventre de la baleine.
Pour David, le jour du pardon de ses péchés.
Pour Jésus, le jour de sa naissance
et de son ascension.
Pour Eyyup, le jour où il a été guéri.

Turquie : un dessert extraordinaire, l’Achuré (aşüre)
Turquie : un dessert extraordinaire, l’Achuré (aşüre)

Chez les Ottomans, la fête du Achuré était marquée par de spectaculaires distributions au peuple...

Une recette facile d’Achuré ( Pour la quantité d’une grosse marmite)

De même que l’Achuré supporte jusqu’à 41 ingrédients, il y a au moins 41 recettes ; chaque famille a la sienne, avec ses petits secrets ! Voilà une recette standard facile et à vous ensuite de créer la vôtre…

Attention : la préparation du Achuré est très longue et doit commencer la veille du jour où on souhaite le consommer.

Toujours l'Achuré de Nilay...

Toujours l'Achuré de Nilay...

Les ingrédients :

2 verres à eau de blé entier
1 verre à eau de pois chiches
1 verre à eau de haricots secs
½ verre à eau de riz blanc
1 verre à eau de raisins secs
1 verre à eau d’abricots secs
1 verre à eau de figues sèches
1 kg de sucre fin
Un zeste d’orange râpé
10 clous de girofle
1 verre à eau de noix concassées en gros morceaux
1 verre à eau de noisettes concassées en gros morceaux
De l’eau de rose, si vous en aimez le parfum.
P
our la décoration : des graines de grenade, de la cannelle en poudre, des amandes effilées.

LA PREPARATION

La veille :

L’élément le plus important est le blé.

Bien laver le blé, puis le recouvrir d’eau (deux doigts au-dessus du blé), faire bouillir 5 minutes, couvrir et le laisser tremper jusqu’au lendemain.

Faire tremper les autres ingrédients toute la nuit : les pois chiches, les haricots blancs, les raisins secs, les abricots.

Le lendemain :

Faire bouillir séparément les pois chiches, les haricots blancs, le riz, et les égoutter.

Faire bouillir le blé très longtemps jusqu’à ce que les grains soient en purée.

Ajouter au blé les pois chiches et les haricots blancs cuits et mélanger.

Ajouter de l’eau jusqu’à ce que la consistance soit celle d’une soupe un peu épaisse ; sachez que l’Achuré épaissira au réfrigérateur comme un flanc, à cause du blé.

Ajouter les abricots coupés en quatre petits dés et les raisins secs, continuer l’ébullition.

Ajouter en dernier les figues coupées en quatre (il faut les ajouter en fin de cuisson pour que l’Achuré reste blanc, les figues foncent la couleur)

Faire encore bouillir.

En dernier, ajouter le sucre et faire bouillir encore un quart d’heure le tout.

Faire bouillir les 10 clous de girofle dans ½ verre d’eau et verser cette eau de cuisson (l’eau seulement) dans l’Achuré pour le parfumer.

Après la cuisson, ajouter le zeste d’orange râpé ; certaines personnes ajoutent ½ verre d’eau de rose mais ce n’est pas obligatoire, cela dépend de vos goûts.

Laissez refroidir puis verser dans des coupes individuelles ou un saladier ; décorer avec des cerneaux de noix, de la cannelle, des graines de grenade, des amandes en lamelles et mettre au réfrigérateur quelques heures.

Turquie : un dessert extraordinaire, l’Achuré (aşüre)

L’Achuré se sert froid avec un thé bouillant « alla turca ».

Turquie : un dessert extraordinaire, l’Achuré (aşüre)

Si vous avez le courage de vous lancer, vous ne le regretterez pas ! Mais certes, il faut … beaucoup de courage !

Repost 0
Published by Gisèle, écrivaine d’Istanbul - dans Cuisine turque L'Istanbul de Gisèle Aşüre Turquie recettes turques
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 12:18

Le terme « Yoghourt » vient du mot turc yoğurmak, signifiant « mélanger un solide et un liquide pour confectionner une pâte ».

Il y a très longtemps, alors que je venais de m’installer à Istanbul, j’ai souvent vu ma belle-mère confectionner du yoghourt maison

Les années passant, et la nécessité de tenter de se nourrir de façon plus saine s’étant imposée au fil des scandales liés aux pesticides, conservateurs et autres produits chimiques, me voilà donc en train de tenter de m’initier à certaines traditions ancestrales méritant le qualificatif d’ « écologiques ».

Comment faire du yoghourt à la maison et sans yaourtière ?

-Acheter un litre de lait frais pasteurisé et un yoghourt nature (les plus biologiques possible)

-Faire bouillir le lait.

-Mettre la marmite hors du feu sans jamais remuer le lait.

-Etape la plus « critique» : lorsque le lait a refroidi de telle façon que si l’on trempe le bout du petit doigt dedans, il est « chaud mais sans brûler », le grand moment est arrivé. Sachez que mon yoghourt a « pris » en dépit du caractère hasardeux de la façon d’évaluer la température du lait.

- Mettre deux grosses cuillérée à soupe de yoghourt nature du commerce dans une tasse, mélanger avec un peu de lait et le verser en 4 endroits de la marmite sans jamais remuer.

Etape la plus importante : tenir au chaud !

-Refermer le récipient avec son couvercle.

-Envelopper le récipient dans deux torchons épais de façon à tenir le yoghourt au chaud.

-Emballer encore le tout dans une grande serviette de bain ou de plage de façon à faire un paquet où l’air n’aura pas de prise (ma belle-mère utilisait carrément une couverture).

Mon yoghourt bien emballé

Mon yoghourt bien emballé

Istanbul : Faire du yoghourt biologique à la turque

–Surtout, ne plus bouger le récipient et attendre pendant 5 heures environ.

Puis, ouvrez pour découvrir votre chef-d'oeuvre !

Mon yoghourt au bout de 20 heures

Mon yoghourt au bout de 20 heures

-Mettre au réfrigérateur. Enfin, dégustez ! Il est moins épais que le yoghourt nature du commerce mais tellement plus doux ! Et c’est un tel plaisir de l’avoir réussi ! Il se conserve au réfrigérateur mais sachez qu’il deviendra aigre en 3 ou 4 jours puisqu’il ne contient pas de conservateur. Pour la fois prochaine, c’est votre propre yoghourt que vous réutiliserez comme semence.

BON APPETİT !

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle cuisine turque recettes turques yoghourt biologique

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları