Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 00:54

Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan ayant effectué une déclaration sur la question arménienne, en voici la traduction ; certes, je ne suis pas une traductrice professionnelle mais j'ai essayé de rendre le texte turc au plus juste. Cet article est publié dans un but d'information car les journaux ne donnent souvent que des extraits des communiqués en turc.

Ajout du 25 : j'ai, en fait, effectué une traduction inutile car je me suis rendue compte ce matin que le texte avait été publié par le premier ministre le 23 avril en plusieurs langues, dont le français...

Déclaration de Monsieur Erdogan :

 

"La date du 24 avril, qui revêt une grande importance pour nos concitoyens arméniens et pour tous les Arméniens du monde  offre l’occasion de partager librement des pensées liées à cette question historique." 

"Il est indéniable que les dernières années de l’Empire ottoman ont constitué une période de souffrance pour tous les habitants de l’Empire, quelle que soit leur appartenance ethnique ou religieuse, Turcs, Kurdes, Arabes, Arméniens ou autres."

Une attitude humaniste et consciencieuse oblige à  considérér toutes les souffrances vécues durant cette période  par tous les groupes ethniques ou religieux. 

"Naturellement, il ne sert à rien pour ceux qui ont souffert, d’établir des hiérarchies entre les souffrances, de les comparer ou de les mettre en rivalité.

Comme le disaient nos ancêtres, "le feu brûle là où il tombe".

"C’est un devoir humain que de se souvenir, de commémorer et de partager les souffrances qui ont été celles des Arméniens au même titre que celles de tous les citoyens de l’Empire ottoman."

"Le fait d’exprimer des interprétations différentes sur les événements de 1915 et d’exprimer librement ses idées, dans une perspective pluraliste, est une nécessité dans une culture démocratique et moderne."

"Il se peut qu’il y en ait qui, regrettant cette liberté d’expression en Turquie, en profitent pour proférer des idées ou allégations accusatrices, blessantes voire provocatrices."

"Pourtant, s’il est possible de mieux comprendre les dimensions juridiques des questions historiques, de transformer à nouveau les rancoeurs en amitié, il est naturel de manifester de l’empathie, de considérer avec tolérance les thèses différentes et d’attendre une attitude semblable de toutes les parties.  

La république de Turquie continuera d'écouter avec maturité chaque opinion  conforme aux valeurs universelles du droit."

"Mais on ne peut pas accepter que les événements de 1915 soient utilisés comme prétexte pour manifester de l’hostilité à la Turquie ou pour en faire un sujet d’affrontements politiques.

Les événements vécus lors de la Première Guerre mondiale constituent pour tous une douleur commune. Considérer cette douloureuse histoire dans une perspective de mémoire juste est une responsabilité humaine et  rationnelle. "

"Durant la Première Guerre mondiale, des milliers de personnes, de toutes nationalités et religions, ont perdu la vie. Les conséquences inhumaines des événements qui se sont passés pendant la guerre, comme les déplacements de populations, ne doivent pas constituer des obstacles  à établir une amitié entre les Turcs et les Arméniens et à adopter des attitudes et des comportements humanistes des deux côtés."

"Il n’est pas profitable dans le monde d’aujourd’hui de tirer de l’Histoire des sujets d’hostilité et de créer de nouvelles querelles au lieu de construire notre avenir commun."

"Nos mentalités d’aujourd’hui nous imposent de pouvoir discuter malgré les incompréhensions, d’écouter l’autre pour tenter de le comprendre, de rechercher des moyens pour arriver à un consensus, de dénoncer la haine et de promouvoir le respect et la tolérance.

C’est dans cet esprit que nous, République de Turquie, nous avons fait un appel pour que soit constituée une commission commune d’historiens afin d'étudier de façon scientifique les événements de 1915. Cet appel est toujours valable. Les travaux que feront les historiens turcs, arméniens et internationaux joueront un rôle capital pour éclairer les événements de 1915 et apporter une juste compréhension de l’Histoire.

Dans cette optique, nous avons ouvert nos archives à tous les chercheurs. Aujourd’hui, des centaines de milliers de documents se trouvant dans nos archives sont à la disposition des historiens."

"La Turquie, qui envisage son futur avec confiance, a toujours soutenu les recherches scientifiques et approfondies pour établir les vérités historiques. Quelles que soient leurs origines ethniques et religieuses, les peuples d’Anatolie ont vécu ensemble des centaines d’années et ont développé des valeurs communes, de l’art à la diplomatie, du gouvernement de l’Etat au commerce, et ont encore aujourd’hui l'opportunité et les compétences pour construire un nouvel avenir ensemble."

"Nous avons espoir que ces peuples qui partagent une géographie ancienne et unique, des coutumes et des traditions semblables, puissent parler de leur passé avec maturité, commémorer ensemble leurs victimes de façon convenable; nous souhaitons que tous les Arméniens qui ont perdu la vie au début du XXe siécle reposent en paix et nous présentons nos condoléances à leurs descendants."

 

"De même, nous commémorons avec respect et compassion tous les citoyens de l’Empire ottoman, quelle que soit leur origine ethnique ou leur religion, qui ont péri à la même époque dans des conditions similaires."

Texte original en turc :

“Ermeni vatandaşlarımız ve dünyadaki tüm Ermeniler için özel bir anlam taşıyan 24 Nisan, tarihi bir meseleye ilişkin düşüncelerin özgürce paylaşılması için değerli bir fırsat sunmaktadır.

Osmanlı İmparatorluğu’nun son yıllarının hangi din ve etnik kökenden olursa olsun, Türk, Kürt, Arap, Ermeni ve diğer milyonlarca Osmanlı vatandaşı için acılarla dolu zor bir dönem olduğu yadsınamaz.

Adil bir insani ve vicdani duruş, din ve etnik köken gözetmeden bu dönemde yaşanmış tüm acıları anlamayı gerekli kılar.

Tabiatıyla ne bir acılar hiyerarşisi kurulması ne de acıların birbiriyle mukayese edilmesi ve yarıştırılması acının öznesi için bir anlam ifade eder.

Atalarımızın dediği gibi ‘ateş düştüğü yeri yakar’.

Osmanlı İmparatorluğu vatandaşı herkes gibi Ermenilerin de o dönemde yaşadıkları acıların hatıralarını anmalarını anlamak ve paylaşmak bir insanlık vazifesidir.

Türkiye'de 1915 olaylarına ilişkin farklı görüş ve düşüncelerin serbestçe ifade edilmesi; çoğulcu bir bakış açısının, demokrasi kültürünün ve çağdaşlığın gereğidir.

Türkiye’deki bu özgür ortamı, suçlayıcı, incitici, hatta bazen kışkırtıcı söylem ve iddiaları seslendirmek için vesile olarak görenler de bulunabilir.

Ne var ki, tarihi meseleleri hukuki boyutlarıyla birlikte daha iyi anlamamız, kırgınlıkları yeniden dostluklara dönüştürmemiz mümkün olacaksa, farklı söylemlerin empati ve hoşgörüyle karşılanması ve bütün taraflardan benzer bir anlayışın beklenmesi tabiidir.

Türkiye Cumhuriyeti hukukun evrensel değerleriyle uyumlu her düşünceye olgunlukla yaklaşmaya devam edecektir.

Fakat 1915 olaylarının Türkiye karşıtlığı için bir bahane olarak kullanılması ve siyasi çatışma konusu haline getirilmesi de kabul edilemez.

Birinci Dünya Savaşı esnasında yaşanan hadiseler, hepimizin ortak acısıdır. Bu acılı tarihe adil hafıza perspektifinden bakılması, insani ve ilmi bir sorumluluktur.

Her din ve milletten milyonlarca insanın hayatını kaybettiği I. Dünya Savaşı esnasında, tehcir gibi gayr-ı insani sonuçlar doğuran hadiselerin yaşanmış olması, Türkler ile Ermeniler arasında duygudaşlık kurulmasına ve karşılıklı insani tutum ve davranışlar sergilenmesine engel olmamalıdır.

Bugünün dünyasında tarihten husumet çıkarmak ve yeni kavgalar üretmek kabul edilebilir olmadığı gibi ortak geleceğimizin inşası bakımından hiçbir şekilde yararlı da değildir.

Zamanın ruhu, anlaşmazlıklara rağmen konuşabilmeyi; karşıdakini dinleyerek anlamaya çalışmayı; uzlaşı yolları arayışlarını değerlendirmeyi; nefreti ayıplayıp saygı ve hoşgörüyü yüceltmeyi gerektirmektedir.

Bu anlayışla biz Türkiye Cumhuriyeti olarak 1915 olaylarının bilimsel bir şekilde incelenmesi için ortak tarih komisyonu kurulması çağrısında bulunduk. Bu çağrı geçerliliğini korumaktadır. Türk, Ermeni ve uluslararası tarihçilerin yapacağı çalışma, 1915 olaylarının aydınlatılmasında ve tarihin doğru anlaşılmasında önemli bir rol oynayacaktır.

C’est dans cet esprit que nous, République de Turquie, nous avons fait un appel pour que soit constituée une commission commune d’historiens pour étudier de façon scientifique les événements de 1915. Cet appel est toujours valable. Les travaux que feront les historiens turcs, arméniens et internationaux joueront un rôle capital pour éclairer les événements de 1915 et apporter une juste compréhension de l’Histoire.

Bu çerçevede arşivlerimizi bütün araştırmacıların kullanımına açtık. Bugün arşivlerimizde bulunan yüzbinlerce belge, bütün tarihçilerin hizmetine sunulmaktadır.

Dans cette optique, nous avons ouvert nos archives à tous les chercheurs. Aujourd’hui, des centaines de milliers de documents se trouvant dans nos archives sont à la disposition des historiens.

Türkiye, geleceğe güvenle bakan bir ülke olarak tarihin de doğru anlaşılması için ilmi ve kapsamlı çalışmaları her zaman desteklemiştir. Etnik ve dini kökeni ne olursa olsun yüzlerce yıl bir arada yaşamış, sanattan diplomasiye, devlet idaresinden ticarete kadar her alanda ortak değerler üretmiş Anadolu insanları, yeni bir gelecek inşa edebilecek imkân ve kabiliyetlere bugün de sahiptir.

Kadim ve eşsiz bir coğrafyanın benzer gelenek ve göreneklere sahip halklarının, geçmişlerini olgunlukla konuşabileceklerine, kayıplarını kendilerine yakışır yöntemlerle ve birlikte anacaklarına dair umut ve inançla, 20. yüzyılın başındaki koşullarda hayatlarını kaybeden Ermenilerin huzur içinde yatmalarını diliyor, torunlarına taziyelerimizi iletiyoruz.

Aynı dönemde benzer koşullarda yaşamını yitiren, etnik ve dini kökeni ne olursa olsun tüm Osmanlı vatandaşlarını da rahmetle ve saygıyla anıyoruz.”

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Histoire de la Turquie Articles Essais Commémorations Nouvelles de Turquie Arméniens
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 18:38

Mon but n’est pas aujourd’hui de faire un reportage exhaustif sur Topkapi, le site officiel du palais donnant tous les renseignements et photos pour cela. C’est plutôt de vous monter quelques détails qui captent le regard et qui ne sont pas toujours dans les guides touristiques…

Le plafond sculpté et peint de l’auvent surmontant la porte d’apparat : c’est sous ce dais majestueux que le sultan apparaissait devant l’armée des janissaires, les jours de « Bayram »

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

L’entrée du harem : le luxe des faïences bleues parvient-il à faire oublier les fenêtres grillées ?

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

Une des cours du harem, les bâtiments des eunuques : peu de soleil pour ces hommes souvent venus de pays ensoleillés…

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

La grande cour des femmes du harem : liberté surveillée...

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

Le salon de la « validé », la Sultane-Mère du sultan : la femme la plus puissante et la plus enviée de l’Empire...

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

Un monumental miroir baroque pour refléter les somptueuses tenues des dames…

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

Une armoire en nacre et écaille de tortue pour ranger les matelas, le matin...

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

Le plafond de la chambre du sultan : rêvait-il en contemplant les somptueux motifs ?

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

La fontaine dans la chambre du sultan : le bruit de l’eau était destiné à couvrir le bruit des conversations pour éviter les oreilles indiscrètes.

Cette majestueuse cheminée de cuivre suffisait-elle à réchauffer l’atmosphère glaciale de l’hiver ? Il est vrai que les robes étaient doublées de fourrure…

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

Le « nichoir » (kushane) ou cuisiné privée du sultan ; hors de question, par crainte des empoisonnements, de confectionner les plats du souverain dans les cuisines. Les plats lui étant destinés étaient préparés dans cette petite cuisine privée, sous haute surveillance.

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

L’esthétique rococo du pavillon d’Ahmed III, aux grandes vérandas ouvertes sur les parterres de fleurs…

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

Une armoire équipée de niches destinées à poser votre turban…

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi

De belles colonnes de marbre, récupérées ça et là, dans les ruines des temples antiques, ont entamé une seconde vie en venant décorer le palais…

Istanbul : petits détails captant le regard dans Topkapi
Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Histoire de la Turquie
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 17:59

Le quartier de Zeyrek, à Fatih, fait partie des zones historiques et aussi, traditionnelles,  d’Istanbul. Une promenade de deux ou trois heures dans ses ruelles vous donnera l’impression d’être parti voyager dans le temps.

La statue de Mehmet le Conquérant sous le quartier de Zeyrek

La statue de Mehmet le Conquérant sous le quartier de Zeyrek

La mosquée de Zeyrek, ancienne église du Christ Pantokrator

La mosquée de Zeyrek

La mosquée de Zeyrek

L’église du Christ Pantokrator fut édifiée au XIIe siècle par Jean Comnènes et son épouse Irène. Le quartier dut ensuite son  nom de « zeyrek » au fait qu’après la conquête de Constantinople, l’église ayant été transformée en mosquée, elle comporta une medersa où enseignaient des savants ( « zeyrek » signifiant « intelligent).

Cet édifice magnifique, témoignage de l’architecture byzantine, est en restauration.

Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek

Juste en face se trouve un sympathique café-restaurant, le Zeyrekhane, dont la terrasse offre une vue imprenable sur la Corne d’Or et la mosquée de Soliman.

Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek
Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek
Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek

Le quartier, classé sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, comporte encore des maisons anciennes répertoriées parmi les plus anciennes d’Istanbul mais malheureusement, victimes de l’incurie, certaines ne sont plus que des ruines.

Un manoir restauré

Un manoir restauré

La place de l’ancien marché des femmes ( Kadin Pazari)

Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek

Ce marché des femmes fut édifié au XVIe siècle par l’architecte Sinan pour la sultane Hurrem, non loin de son complexe religieux Haseki Kulliyesi, à l’emplacement de ce qui était, chez les Byzantins, le forum Arkadius et chez les Ottomans, le marché aux esclaves.

Il tire son nom du fait que tous les vendredis, des femmes venaient y vendre leurs productions. Aujourd’hui, il s’agit d’une place très vivante, bordée de magasins de nourriture, de cafés et restaurants où vous pourrez déguster les spécialités des villes de Van et de Siirt, la plupart des boutiques étant tenues par des gens originaires de ces villes.

Des fromages de l'Est de la Turquie

Des fromages de l'Est de la Turquie

Bon, si vous voulez savoir ce qu’on peut acheter dans le quartier de Zeyrek : du miel « Pervari » de Siirt ( est-ce du vrai j’espère, vu son prix…), divers fromages savoureux bien qu’un peu trop salés pour moi, du concentré de poivron, doux ou pimenté, un savon « bittim » biologique 100 % à l’huile de pistachier térébinthe ( une merveille…) et des herbes à cuisiner comme des épinards, que je regrette d’avoir achetées car si leur saveur est délicieuse (aussitôt acheté aussitôt cuisiné…) j’ai appris que ce sont des feuilles d’asphodèles ramifiés des montagnes et que c’est sans doute un crime écologique de les ramasser pour les consommer…

Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek

La place de l’ancien marché aux chevaux (At Pazari)

 

 

Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek

Marché aux chevaux chez les Ottomans, cette place, récemment restaurée, comporte une multitude de jolis cafés et de petits restaurants dont la particularité est de constituer un lieu de promenade pour la jeunesse de Fatih. Les jeunes filles à foulard viennent y fumer le narguilé avec leurs copines. 

Une maison à chats sous la statue du cheval vestige de l’ancien marché…

Istanbul : descente dans le temps  à Zeyrek

Bref, une promenade de choix pour les amateurs de lieux imprégnés dl’Histoire….

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Histoire de la Turquie Lieux aimés Zeyrek Kadinlar Pazari Istanbul
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 20:41

Tout le monde se demandait si, après la mort tragique du prince Mustafa, étranglé sur ordre de son père, Soliman, les réalisateurs oseraient montrer la suite : le meurtre de Mehmed, le fils de Mustafa, ordonné par son grand-père. Eh bien oui, ils ont osé.

Non pas le montrer en direct ( heureusement pour la sensibilité des spectateurs...) mais le suggérer.

Tout le monde aura compris en voyant la mère du petit prince de sept ans se traîner de douleur dans la poussière de la route lorsqu'on lui enlève son fils.

L'exécution du prince Mustafa, la semaine dernière

L'exécution du prince Mustafa, la semaine dernière

On peut critiquer le feuilleton, trouver qu'il comporte des fautes historiques. Certes. Mais on ne peut nier qu'il aura eu le mérite de faire voler en éclats les tabous de l'Histoire, en révélant la face sombre de Soliman, celui que l'on a surnommé "Le Magnifique".

Série "Le Siècle magnifique" : les tabous de l'Histoire volent en éclats
Série "Le Siècle magnifique" : les tabous de l'Histoire volent en éclats

Pour lire sur les sultans:

La Sultane Mahpéri, roman historique sur les sultans seldjoukides

Roman en turc : Mahperi Hatun, Gisèle Durero Köseoğlu

Roman en turc : Mahperi Hatun, Gisèle Durero Köseoğlu

Nouvelle édition en turc

Nouvelle édition en turc

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Histoire de la Turquie Soliman Roxelane Hürrem Mahperi Sultan Mahperi Hatun Mahperi Gisèle
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 22:28

Le 123ème épisode du feuilleton télévisé Le Siècle magnifique a arraché des larmes aux spectateurs en montrant la mort tragique du prince Mustafa.

En dépit de toutes les mises en garde de ses proches, Mustafa se rend à la convocation de son père.

En dépit de toutes les mises en garde de ses proches, Mustafa se rend à la convocation de son père.

Manipulé par son épouse Roxelane (Hurrem) et son grand vizir Rustem Pacha, Soliman se laisse convaincre de la trahison de son fils et signe le firman de sa mort.

Série "Le Siècle magnifique" : larmes pour la mort tragique du prince Mustapha (Mustafa)

Habillé de blanc pour afficher son innocence (mais n'est-ce pas aussi un symbole du linceul ?) et refusant malgré tout de croire à la cruauté de son père, Mustafa se présente courageusement devant la tente de ce dernier ; il ignore que les bourreaux l'y attendent.

Le costumier a crée une magnifique toilette d'apparat pour la dernière apparition de Mustafa.

Le costumier a crée une magnifique toilette d'apparat pour la dernière apparition de Mustafa.

Le pouvoir absolu rend aveugle, impitoyable et paranoiaque, c'est ce que montre bien la scène dans laquelle Soliman assiste sans broncher à la mort de son fils, étranglé par les muets.

Une coutume héritée du Chamanisme dit que le sang d'un prince impérial ne doit pas couler, c'est pourquoi la sentence est exécutée par strangulation.

Une coutume héritée du Chamanisme dit que le sang d'un prince impérial ne doit pas couler, c'est pourquoi la sentence est exécutée par strangulation.

Les spectateurs regretteront ce personnage, qui, comme celui d'Ibrahim Pacha, avec lequel il partage un sort presque identique, a suscité leur affection par son destin de prince mal aimé de son père mais noble, brave et généreux.

Série "Le Siècle magnifique" : larmes pour la mort tragique du prince Mustapha (Mustafa)

Les historiens d'ailleurs, accordent généralement leur sympathie au prince Mustafa, d'autant plus que le successeur de Soliman ne sera autre que Selim II, surnommé "L'Ivrogne", ce qui en dit long...

Série "Le Siècle magnifique" : larmes pour la mort tragique du prince Mustapha (Mustafa)

Bon, les "gentils" disparaissent du feuilleton, seuls demeurent les "méchants", Hurrem, Mihrimah et Rustem qui rivalisent de ruses pour circonvenir le sultan Soliman, dont la crédulité étonne...

Finalement, cette série met bien en relief les failles de l'absolutisme ; en dépit de ses glorieux surnoms, le "Magnifique", en français, le "Législateur", en turc, le sultan Soliman y est présenté comme un homme faible, dévoré par le démon du pouvoir....

La semaine prochaine, l'épisode montrera sans doute la mort de Cihangir, qui perd la vie aussi, soit en tentant de sauver son demi- frère, soit en se suicidant sur son cadavre, soit en se laissant mourir de désespoir (selon différentes versions). Ce dramatique événement eut un tel retentissement qu'il constitua, au XVIIIe siècle, le sujet d'une tragédie de Chamfort, intitulée Mustapha et Zéangir.

Série "Le Siècle magnifique" : larmes pour la mort tragique du prince Mustapha (Mustafa)

On frémit en pensant à la suite : la mort du prince Mehmed, sept ans, fils de Mustafa, étranglé sur ordre de son grand-père Soliman, qui considérait son existence comme une menace...

Série "Le Siècle magnifique" : larmes pour la mort tragique du prince Mustapha (Mustafa)

Lien vers le roman historique, La Sultane Mahpéri

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Soliman Roxelane Hürrem Histoire de la Turquie
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 21:55

La bière entre dans l’Empire ottoman vers 1839 et s’y répand vite, puisqu’Istanbul et Izmir voient fleurir un grand nombre de brasseries.

Mais c’est en 1890 qu’est fondée, avec l’autorisation du sultan Abdülhamid,  la première grande fabrique de bière. Deux frères suisses, les Bomonti ( qui donneront leur nom au quartier), l’édifient à Ferikoy sur un terrain de quarante hectares planté d’arbres

Istanbul : La résurrection de la fabrique de bière de Bomonti

Si le bâtiment, flanqué d’une tour carrée, ressemble à un château, les techniques de production de la bière y sont des plus modernes, si bien que la « Bière Bomonti » devient vite la plus prisée du pays. 

Istanbul : La résurrection de la fabrique de bière de Bomonti
Istanbul : La résurrection de la fabrique de bière de Bomonti

Dans les années trente ouvrent même, dans l’immense parc, des des brasseries en plein air alors nommées « jardins à bière ».

Istanbul : La résurrection de la fabrique de bière de Bomonti
Istanbul : La résurrection de la fabrique de bière de Bomonti

Gérée par le Tekel à partir de 1902, la fabrique en devient la propriété en 1938 et continuera sa production jusqu’à sa fermeture en 1991.

La « fabrique de bière de Bomonti » n’est plus alors qu’un édifice à l’abandon, dont tous les Stambouliotes déplorent la lente dégradation et elle ne sert plus que comme point de repère pour indiquer le chemin, comme dans l’expression « à côté de fabrique de bière de Bomonti ».

Istanbul : La résurrection de la fabrique de bière de Bomonti
Istanbul : La résurrection de la fabrique de bière de Bomonti

En 2010, une société achète le terrain pour y construire un hôtel mais la fabrique étant classée « bâtiment historique », elle échappe de justesse à la destruction. L’hôtel, le Hilton Bomonti, le plus grand d’Istanbul avec ses 143 mètres de haut et ses 837 chambres, est sur le point d’être inauguré en janvier 2014 mais au passage, la fabrique de bière a rouvert ses portes, à la grande satisfaction des Stambouliotes.

Et la bière Bomonti a refait son apparition depuis un an sur les tables des cafés et des maisons : non filtrée, 100 pour 100 malt, très légèrement âpre, elle fait fureur auprès des amateurs de bière, qui saluent la résurrection de cette célèbre marque.

On ne peut que se réjouir de voir, car ce n’est pas souvent le cas, un bâtiment historique renaitre de ses cendres et perpétuer ainsi le passé d’Istanbul…

Vendeur de sirop ottoman

Vendeur de sirop ottoman

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Fabrique de bière de Bomonti Histoire de la Turquie
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 21:52

(RE)

Le 17 décembre, pour célébrer l’anniversaire de la mort de Mevlânâ (Rumi), ont lieu dans de nombreux endroits de Turquie, les cérémonies nocturnes de Şeb-i Aruz, soit, la “nuit de noces”, appelée ainsi par les croyants puisqu’il s’agit de la date où Mevlânâ a rejoint Dieu.

mevlana.jpg

L’occasion m’a été fournie l'an dernier d’assister à cette envoûtante célébration non pas dans une salle où les “derviches tourneurs” se produisent en “spectacle” mais dans un lieu où d’authentiques “semazen” (ceux qui pratiquent la danse giratoire  appelée “sema”) célébraient de tout leur cœur la mémoire du célèbre philosophe qui, au XIIIe siècle, créa leur confrérie.

 

SAM_2865.JPG

 

Précisons que les “semazen” dont je parle sont éloignés de tout fanatisme religieux, ont la particularité de vénérer la République fondée par Atatürk, dont ils prient pour le repos de l’âme et considèrent les femmes comme leurs égales, ce qu’ils prouvent en les acceptant dans la cérémonie du “sema”, ce qui n’est pas le cas de tous les derviches tourneurs. Ils se nomment eux-mêmes les « amoureux universels de Mevlânâ », dont ils propagent le message de paix, fraternité, tolérance et amour.

 

SAM_2846.JPG

 

Pour tenter de faire comprendre leur passion, je me contenterai de citer une anecdote que m’a racontée un « semazen » avec lequel j’ai eu la chance de parler :

 

SAM_2840.JPG

Un homme, arrivant près du couvent de la confrérie, remarque des tombes sur lesquelles figurent des dates de mort telles que : « 3 ans », « 7 ans », « douze ans »…

 

SAM_2838.JPG

 

Intrigué, il demande aux membres de la confrérie pourquoi leur cimetière renferme tant de tombes d’enfants. Y-a-t-il eu une catastrophe ? Une épidémie ?

-Non, répond un derviche. C’est que la date réelle de la naissance d’une personne ne signifie rien pour nous. Pour nous, la vraie date de naissance, c’est celle où la personne a « rencontré » Mevlânâ.  C’est pour cela que nous indiquons la durée de vie en nombre d’années passées à pratiquer le « sema »… 

 

 SAM_2835.JPG

Que cette « nuit de noces » soit l’occasion de délivrer un message de paix, de tolérance et de fraternité pour toute notre planète en souffrance…

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Mevlana Histoire de la Turquie
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 20:32
Saint Nicholas de Demre le Père Noël

Saint Nicholas (245-363), né dans une riche famille de la ville lycienne de Patara, était un jeune homme épris de mysticisme qui n’aimait rien tant que la fréquentation des églises. Après avoir étudié la théologie au monastère de Xanthos, il devint prêtre de l’église de Myra ou Demre et se fit rapidement connaître pour ses innombrables miracles : sauver ses concitoyens de la famine, arrêter une tempête juste avant que le bateau ne fasse naufrage…

Saint Nicholas de Demre le Père Noël

On raconte qu’un père désespéré de ne pouvoir, faute d’argent, constituer le trousseau de ses trois filles, envisageait de vendre l’une d’entre elles au marché aux esclaves pour doter les deux autres lorsque saint Nicholas leur jeta à travers la fenêtre, sans se faire voir, une bourse pleine d’or…

Saint Nicholas de Demre le Père Noël
Saint Nicholas de Demre le Père Noël

Saint Nicholas consacra toute sa fortune à secourir les miséreux. Protecteur des marins, des commerçants, des indigents mais surtout des enfants, saint Nicolas est l’objet de nombreuses légendes, dont la plus célèbre raconte qu’après sa mort, une source d’huile bienfaisante opérant des guérisons inespérées jaillit de son tombeau.

Saint Nicholas de Demre le Père Noël

Pour commémorer la mort du saint, la ville de Demre organise chaque année, le 6 décembre, la journée du Père Noël. Les âmes romantiques n’ayant rien perdu de leur imagination d’enfant ont même la possibilité de se marier dans l’église Saint Nicholas.

Saint Nicholas de Demre le Père Noël

L’Église Saint Nicholas de Demre, édifiée après la mort du saint et le Musée du Père Noël comptent en effet parmi les plus célèbres lieux de pèlerinage en Turquie.

Saint Nicholas de Demre le Père Noël

Si vous aimez lire sur la Turquie, quelques-uns de mes livres (Amazon.fr pour la France) :

Saint Nicholas de Demre le Père Noël
Saint Nicholas de Demre le Père Noël
Saint Nicholas de Demre le Père Noël
Saint Nicholas de Demre le Père Noël
Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Saint Nicholas Histoire de la Turquie
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 22:00

Soliman le Magnifique est connu pour avoir été un poète.

 

 

a-copie-1

Voilà ma traduction personnelle d’une poésie qu’il écrivit pour son épouse, la sultane Hürrem ou Roxelane.

 

 

 b.jpg

 

Ma compagne,  mon amour, ma lune scintillante,

Mon amie, ma plus proche, ma reine de beauté,

Ma vie, ma source de vie, mon paradis, mon vin de l’Eden,

Mon printemps, ma joie, le sens de mes jours, mon aimée dont l’image a envahi  mon cœur, ma rose rieuse,

Ma source de bonheur, la saveur qui est en moi,  mes plaisirs, ma lumière brillante, mon flambeau,

Mon orange, ma grenade, mon citron, la clarté de ma chambre dans les nuits,

Mon jardin, mon sucre, mon trésor, mon amour jamais froissé et vierge dans tout l’univers,

Le pharaon d’Egypte de mon cœur, mon prophète Joseph, le sens de mon existence,

Mon Istanbul, mon Karaman, mon amour qui vaut toute l’Anatolie et la terre grecque,

Mon Bedachan sorti des mines de grenat précieux, mon Bagdad, mon Khorassan,

Ma femme aux beaux cheveux, aux sourcils arqués, aux yeux resplendissants et guerriers,

Je suis malade de toi !

Si je meurs, ton cou sera mon meurtrier, parce que tu es rentrée dans mon sang comme une torture, secours-moi, oh, ma belle chérie qui n’est pas musulmane.

Je suis à ta porte pour faire ta louange, vanter tes qualités, comme si on m’avait donné le devoir de te célébrer sans cesse.

Mon cœur est dévoré par le tourment, mes yeux par les larmes, je suis un homme plein d’amour, il m’est arrivé quelque chose qui me grise.  Je suis devenu comme ivre...

 

 

d.jpg
Si vous aimez les histoires de sultans et sultanes, vous pouvez lire mon roman La Sultane Mahpéri, nouvelle édition 2011. Lien vers Amazon.fr : link

 

Maphperi mai 2012 FR

Les droits de ces textes de mon blog sont réservés. Si vous souhaitez les utiliser, je vous demande de bien vouloir citer mon nom ; en effet, ces derniers temps, plusieurs sites Internet se sont approprié certains de mes textes et de plus, les utilisent en précisant qu’ils sont soumis à copyright comme s’ils en étaient les auteurs !

Une poésie d’amour du sultan Soliman le Magnifique à la sultane Roxelane (Hürrem)
Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans L'Istanbul de Gisèle Soliman Roxelane Hürrem Histoire de la Turquie
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 15:50

  L’histoire se passe pendant le Moyen-âge turc, au XIIIe siècle.

Qui est donc la sultane Mahpéri ?

 

La Princesse chrétienne Destina de Candélore

Elle est la fille du seigneur Kyr Farid, elle habite avec son père l’inexpugnable citadelle de Candélore,  posée sur un piton rocheux de la Méditerranée et légendaire pour ses richesses. 

sultane 1é

 

Le sultan turc Alaattin Keykubad

Mais voilà qu’après huit ans de captivité, la mort de son frère donne le pouvoir au prince impérial Alaattin Keykubad. Proclamé Sultan des Seldjoukides d´Asie mineure,  Alaattin n’a plus qu’une idée en tête : conquérir Candélore.

Et après un siège digne d’une épopée, la forteresse tombe. Le sultan Alaattin s’empare de Candélore, qu’il rebaptise Alanya. Et épouse de force la fille du vaincu, Destina, qui va devenir la sultane la plus célèbre du Moyen-âge turc, sous le nom de Sultane Mahpéri. Son nom signifie "Fragment de lune".

sultan 1

 

Des amoureux entrés dans la légende

Si le mariage a mal commencé, il n’en reste pas moins qu’une grande passion se déclare entre la Sultane Mahpéri et le sultan Alaattin. Mais pour défendre son empire menacé par les  attaques des princes voisins et des Mongols, Alaattin doit nouer des alliances avec les princes des environs. Et surtout accepter un mariage arrangé avec la princesse Gaziyé.

 

1-copie-1

 

Une guerre implacable contre sa rivale

Mahpéri n’a qu’un fils, le petit Giyaseddin. Esseulée à cause des multiples absences du sultan, qui ne cesse de partir à la guerre, elle entame un combat implacable pour imposer sa présence, conserver l’amour de son époux et garantir l´avenir de son fils unique, compromis par la naissance des enfants de Gaziyé.

 

aigle

 

Dans les griffes du Chien

C’est alors qu´entre dans sa vie l´architecte en chef du Sultan, un ambitieux cynique, Köpek, dit « le Chien », que la nature a pourvu de multiples dons. Excellent musicien et chanteur, artiste peintre  exceptionnel mais aussi ambitieux et cruel, Köpek est un être hors du commun ; sa seule faiblesse est son secret, l’amour éperdu qu’il éprouve pour la sultane, dont il dessine le visage sur les merveilleuses faïences bleues du palais de Kubad Abad. Peu à peu, son emprise va croître sur l’être le plus proche de celle qu’il aime, le jeune prince Giyaseddin.

 

musicien

 

Le sultan Alaattin parviendra-t-il à conserver l’amour de son épouse ?  Köpek arrivera-t-il à ses fins ?

 

2-copie-1

 

C’est ce que vous apprendrez en lisant mon roman La Sultane Mahpéri.

Bien que publié pour la première fois en Turquie en 2004, il est très à la mode actuellement, les Turcs se passionnant pour l'univers des sultans. Trois rééditions se sont succédé cette année en français et en turc... 

 

Couverture de la première édition en 2004

 

Couverture Sultane fr

 

Couverture de la quatrième édition de 2012

 

Maphperi-mai-2012-FR.jpg

 

Couverture de la quatrième édition 2012 édition en turc

 

Mahperi 4 2012

 

Ce roman, fruit de longues années de travail, fait revivre quelques grands personnages historiques du Moyen-âge turc : Alaattin Keykubad, sultan prestigieux, infatigable bâtisseur,  amoureux des arts et des lettres, la Sultane Mahpéri, Köpek, architecte du palais de Kubad Abad, le « Sultan des Savants », père du célèbre poète Mewlânâ… Des héros que vous n´oublierez pas…

Car amour, haine, jalousie, ambition, intrigues, goût du pouvoir et passions inassouvies conduisent souvent à la violence et au crime...

 

 PS : Toutes les reproductions de faïences du palais de Kubad Abad sont copiées sur Internet et sont généralement des scans du merveilleux livre de l’archéologue turque  Rüçhan Arik, Le Palais seldjoukide de Kubad Abad et ses faïences (Kubad Abad Selçuklu sarayi ve çinileri) Türkiye Iş Bankasi Kültür Yayini, Istanbul, 2007. 

GiTa Yayınları, Istanbul

Editions franco-turques GiTa, İstanbul

http://www.gitayayinlari.com

http://gitakitap.com/

Repost 0

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları