Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 20:30

Avec le français, l’anglais, l’allemand, le russe et l’italien, le turc entre comme sixième langue de travail officielle au Conseil de l’Europe et au Tribunal international des Droits de l’Homme (la Turquie étant un des pays les plus représentés à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

Le turc, sixième langue officielle des institutions européennes de Strasbourg

Après avoir conquis ses lettres de noblesse en littérature par les œuvres mondialement connues de Yachar Kemal ou Orhan Pamuk, voilà donc la langue turque promue au rang d’idiome international dans le monde des institutions.   

Nouvelle qui réjouira tous les amateurs de cette belle langue (bien difficile, il faut le dire, quand on est habitué aux structures latines...) et créera sans doute des opportunités de travail pour tous ceux et celles qui la parlent et l’écrivent.

Comme on dit en turc, « Hayirlisi olsun » !

Le turc, sixième langue officielle des institutions européennes de Strasbourg
Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 12:10

C’est vendredi soir que la neige a commencé à tomber sur Istanbul et  la ville s’ensevelit peu à peu sous une cape blanche, qui, si elle suscite l’admiration des esthètes  par la magnificence des paysages, n’en constitue pas moins un problème pour la majorité des Stambouliotes devant se rendre au travail.

Le paysage de ma fenêtre ce matin à 9 heures…
Le paysage de ma fenêtre ce matin à 9 heures…

Le paysage de ma fenêtre ce matin à 9 heures…

Car la couche a atteint ce matin 75 centimètres et la température de -1 la fige sur place, paralysant les ruelles de la cité dont beaucoup sont en pente. Les Stambouliotes se rendant au travail en voiture n’ont pu dégager leurs véhicules, les camions de livraison n’ont pas pu accéder aux magasins,  une partie des vols de THY ont été annulés, plus de 5000 personnes sont en attente dans les aéroports, certaines ayant été dirigées vers des hôtels mais d’autres ayant dû passer la nuit dans les halls...

Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…
Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…

Bref, si la neige à Istanbul est un merveilleux spectacle, il n’en reste pas moins que la plupart des gens espèrent que la chute prendre vite fin (elle diminuera demain, semble-t-il).

Les rues de mon quartier, paralysées dans le blanc…
Les rues de mon quartier, paralysées dans le blanc…

Les rues de mon quartier, paralysées dans le blanc…

Les plus heureux sont les écoliers, collégiens et lycéens, dont certains font de la luge dans leur rue, le préfet de la ville ayant fermé les écoles, pour ne pas faire circuler les transports scolaires.  

De belles pentes pour la luge... La nuit ne décourage pas les amateurs de glissades...
De belles pentes pour la luge... La nuit ne décourage pas les amateurs de glissades...

De belles pentes pour la luge... La nuit ne décourage pas les amateurs de glissades...

Certains téméraires ont chaussé leurs skis...

Photo copiée sur Internet : un skieur au centre ville...

Photo copiée sur Internet : un skieur au centre ville...

En ce qui me concerne, c’est équipée de mes bottes de neige à crampons rétractables (achetées au printemps dernier non pas pour aller au ski mais pour affronter les neiges d’Istanbul) que j’ai effectué une petite marche dans mon quartier…

Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…
Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…

Un bain de neige sur la terrasse...

Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…
Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…

Si vous souhaitez contempler les merveilles des sites historiques vus du ciel sous la neige, voilà un lien donné par le Petit Journal d’Istanbul :

http://www.lepetitjournal.com/istanbul/a-voir-a-faire/loisirs/267434-sous-la-neige-la-peninsule-historique-d-istanbul-vue-du-ciel

Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…
Istanbul : « Mais tombe la neige,  impassible manège »…

Un invité surprise dans le quartier de Maslak...

Photo Internet

Photo Internet

De nombreuses personnes ont exercé leurs talents pour créer des bonhommes de neige inédits...

Photos copiées sur Internet
Photos copiées sur InternetPhotos copiées sur Internet

Photos copiées sur Internet

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1 - dans L'Istanbul de Gisèle Lieux aimés Istanbul Turquie Neige à Istanbul Nouvelles de Turquie
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 20:10

Salon 2/2602, Foire du livre d'Istanbul, Kitap Fuarı, 13-18.

Dédicace Gisèle Durero-Koseoglu, Imza günü, samedi cumartesi  12/11
Dédicace Gisèle Durero-Koseoglu, Imza günü, samedi cumartesi  12/11
Dédicace Gisèle Durero-Koseoglu, Imza günü, samedi cumartesi  12/11
Repost 0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 17:27

Tout le monde connaissait Tombili, chat des rues d’Istanbul, non seulement les habitants du quartier de Ziverbey, à Kadikoy, mais aussi tous les amoureux des félins de la planète,  depuis que les réseaux sociaux avaient diffusé sa photo, nonchalamment assis dans une position « humaine », la patte posée sur le rebord du trottoir. Sur Facebook, 32 millions de personnes l'avaient consultée !

Photo copiée sur Internet, merci à l'auteur

Photo copiée sur Internet, merci à l'auteur

Tombili avait fait aussi l’objet de nombreux montages, par exemple le montrant en train de boire un thé.

 

Turquie : La statue de Tombili, chat des rues d’Istanbul

Notons que l’amour des chats est si développé en Turquie que les volontaires de la mairie de Kadikoy entretiennent 4729 chats des rues qu’ils nourrissent et vaccinent, organisant aussi des opérations d’adoption. C’est également le cas dans de nombreux autres quartiers d'Istanbul où l’on peut voir des palais à chats destinés à abriter nos amis à pattes.

Voir mon article de décembre 2010 http://gisele.ecrivain.istanbul.over-blog.com/article-chateaux-pour-chats-pachas-63477143.html

Un palais à chats dans mon quartier

Un palais à chats dans mon quartier

Ici, ce n'est pas un palais mais un bidonville à chats; il n'y a que l'intention qui compte...

Ici, ce n'est pas un palais mais un bidonville à chats; il n'y a que l'intention qui compte...

En août 2016, la nouvelle de la mort de Tombili a tellement ému ses admirateurs qu’une pétition sur change.org, demandant qu’une statue soit édifiée à son effigie, a recueilli 17000 signatures.

L’artiste Seval Sahin a accepté gracieusement d’immortaliser ce célèbre Raminagrobis. C’est le 4 octobre que la statue a été inaugurée.

Turquie : La statue de Tombili, chat des rues d’Istanbul

Désormais, aller voir la statue de Tombili est une distraction pour de nombreux Stambouliotes…

Ajout du 8 novembre 2016

Stupeur à Kadikoy ! La statue de Tombili a été volée hier ! Tout le monde se demande qui - et dans quel but ? - a osé dérober la mascotte du quartier !

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1 - dans Turquie L'Istanbul de Gisèle Istanbul Chats d'Istanbul
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:45

Pour savourer les douceurs de l’été indien, quoi de mieux que d’explorer les environs d’Istanbul, qui  offrent au promeneur curieux et avide des beautés de la nature de nombreuses possibilités d’excursions, réalisables en une seule journée le week-end (prévoyez quand même un retour assez tardif au début de la nuit).

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu

Une de mes expéditions préférées est la promenade passant par Tekirdag et se poursuivant sur les rives sauvages de la Mer de Marmara jusqu’à Şarköy (comme la route est longue, il est conseillé au retour de rentrer par l’autoroute).

Raisins rouges de la Marmara

Raisins rouges de la Marmara

La ville de Tekirdağ, sur les rives de la Marmara, n’a rien à envier aux stations balnéaires plus célèbres. Particulièrement agréable à visiter, elle possède encore d’anciennes maisons de l’époque ottomane et un joli port. 

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu

Sans compter qu’il s’agit d’une étape gastronomique, avec les fameux Köfte de Tekirdağ !

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu

Et si vous ne craignez pas pour votre ligne, vous pouvez aussi goûter le fameux « Helva de fromage » !

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu

En continuant vers Şarköy (non pas sur la nouvelle route mais sur l’ancienne, assez longue et tortueuse, qui traverse de riantes campagnes) vous arriverez au village d’Uçmakdere, connu pour sa beauté ; bien qu’il ait beaucoup changé depuis trois ans, avec de nouvelles constructions, il a cependant conservé l’essentiel de son charme d’antan. 

La photo date d'il y a trois ans ; depuis, des immeubles ont malheureusement fait leur apparition...

La photo date d'il y a trois ans ; depuis, des immeubles ont malheureusement fait leur apparition...

A l’entrée du village se dresse un extraordinaire platane séculaire vieux de 500 ans, dans le tronc creux duquel les enfants viennent jouer (les grands aussi).

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu

La route entre Uçmakdere et Şarköy, qui ne cesse de grimper à des hauteurs vertigineuses et de redescendre, offre de sublimes panoramas sur la Mer de Marmara dont la beauté sauvage et authentique a été miraculeusement préservée, sans doute à cause des difficultés d’accès. 

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu

Seules des guérites de pêcheurs construites de bric et de broc ponctuent les rives.

Voir mon article de septembre 2104 : Excentriques cabanes de pêche en Mer de Marmara http://gisele.ecrivain.istanbul.over-blog.com/2014/09/turquie-excentriques-cabanes-de-peche-en-mer-de-marmara.html

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu
Voir mon article de 2014, "

Voir mon article de 2014, "

Sachez aussi que cette région constitue la « route des vins de Turquie » et comporte de nombreux domaines vinicoles.

Une halte dans le château « Barbare », pour déguster la nouvelle cuvée…   (enfin, pas trop, car la route du retour est très longue et un test positif vous coûtera votre permis…)

Une halte dans le château « Barbare », pour déguster la nouvelle cuvée… (enfin, pas trop, car la route du retour est très longue et un test positif vous coûtera votre permis…)

En ce qui me concerne, j’adore ce périple, que je refais environs tous les deux ans parce qu’il alterne le vert et le bleu,  paysages de campagne et étendues marines ; une seule journée sur les rivages de la « mer de marbre » vous donnera l’impression d’être parti en vacances !

Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu
Turquie : Magnifique Marmara entre le vert et le bleu
Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1 - dans Turquie L'Istanbul de Gisèle Lieux aimés Tekirdag Mer de Marmara
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 13:46

Tous les gens qui me connaissent savent que j’adore le mauve et le violet.  Alors, j’ai profité des vacances pour me livrer à une petite mise en scène de mon univers subjectif et littéraire du parme au pourpre…

My vintage violets. Du mauve au violet

« La vérité en un sens est violette »

Philippe Sollers, 2006

My vintage violets. Du mauve au violet

Modeste en ma couleur, modeste en mon séjour,

Franche d'ambition, je me cache sous l'herbe;

Mais si sur votre front je puis me voir un jour,

La plus humble des fleurs sera la plus superbe.

Jean Desmarets de Saint-Sorlin, 1641, madrigal pour La Guirlande de Julie

My vintage violets. Du mauve au violet
My vintage violets. Du mauve au violet

Rien qu'une touffe de violettes pâles, une touffe de ces fleurs faibles et presque fades… Fleurs parmi les plus insignifiantes et les plus cachées. Infimes. A la limite de la fadeur. Nées de la terre ameublie par les dernières neiges de l'hiver. Et comment, si frêle, peuvent-elles seulement apparaître, sortir de terre, tenir debout ? 

Philippe Jaccottet, 1995.

 

Ô, l’Oméga, rayon violet de ses yeux

Arthur Rimbaud, « Voyelles », 1870  

My vintage violets. Du mauve au violet

Le nom de Parme, une des villes où je désirais le plus aller, depuis que j'avais lu la Chartreuse, m'apparaissant compact, lisse, mauve et doux ; si on me parlait d'une maison quelconque de Parme dans laquelle je serais reçu, on me causait le plaisir de penser que j'habiterais une demeure lisse, compacte, mauve et douce, qui n'avait de rapport avec les demeures d'aucune ville d'Italie, puisque je l'imaginais seulement à l'aide de cette syllabe lourde du nom de Parme, où ne circule aucun air, et de tout ce que je lui avais fait absorber de douceur stendhalienne et du reflet des violettes.

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913

My vintage violets. Du mauve au violet

ELSBETH – La pâle fleur de l’aubépine peut devenir une rose, et un chardon peut devenir un artichaut ; mais une fleur ne peut en devenir une autre : ainsi qu’importe à la nature ? on ne la change pas, on l’embellit ou on la tue. La plus chétive violette mourrait plutôt que de céder si l’on voulait, par des moyens artificiels, altérer sa forme d’une étamine.

FANTASIO : – C’est pourquoi je fais plus de cas d’une violette que d’une fille de roi.

Alfred de Musset, Fantasio, 1834

 

My vintage violets. Du mauve au violet

 

Votre odeur s’exaspère en l’ombre et dans le soir,

Violettes, ô fleurs douces au désespoir,

Violettes du soir !

Renée Vivien, Dans un coin de violettes, 1910

My vintage violets. Du mauve au violet
My vintage violets. Du mauve au violet

La nuit m’envoie ses violettes

Reçois-les car je te les jette

Le soleil est mort doucement

Comme est mort l’ancien roman

De nos fausses amours passées

Les violettes sont tressées

Si d’or te couronnait le jour

La nuit t’enguirlande à son tour.

Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou, posthume, 1947)

My vintage violets. Du mauve au violet

Pour finir dans les senteurs, petite collection d’eaux de violettes, de gauche à droite : eau de violettes Honoré Payan de Grasse, déodorant à la violette de Yardley, violette de l’Artisan parfumeur à Grasse, eau de violette La Tourrettane (Tourettes-sur-Loup), Eau de violettes Berdoues de Toulouse et Violette de Fragonard…

My vintage violets. Du mauve au violet

La couverture violette de mon dernier roman, Sultane Gurdju Soleil du Lion, suite de La Sultane Mahpéri, roman historique sur les sultans seldjoukides d'Anatolie...

My vintage violets. Du mauve au violet
My vintage violets. Du mauve au violet
Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2 - dans violet violettes L'Istanbul de Gisèle Littérature mauve Livres de Gisèle Durero-Koseoglu
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 09:59

La Rive d’Asie, de Claude Anet

 

Jeune provincial ardent, avide des plaisirs de la chair, Philippe, le narrateur, nous livre le récit de son apprentissage amoureux. Abandonnant peu à peu les illusions romantiques, il découvre, au fil de ses conquêtes,  les joies du libertinage.

Jusqu’à ce que son parcours ne le conduise à Istanbul…  

De quelle expérience inédite la demeure isolée au bout de la rive asiatique du Bosphore deviendra-t-elle le muet témoin ?

Ce roman de 1927, mêlant introspection, rêves érotiques et suspense, offre une vision orientaliste et fantasmée de la ville d’Istanbul, présentée comme le lieu de tous les possibles…

 

 

La Rive d'Asie, de Claude Anet. Réédition Aksel Koseoglu, GiTa Yayinlari, juin 2016.

La version en turc, traduite par Burçak Targaç

La Rive d'Asie, de Claude Anet. Réédition Aksel Koseoglu, GiTa Yayinlari, juin 2016.
Repost 0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 13:47

Les petits métiers des rues de Constantinople aux fourni aux photographes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, une source d’inspiration inégalée. Voilà donc quelques clichés destinés à ressusciter l’animation des venelles d’antan :

Le marchand de balais

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le barbier

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le cireur de chaussures

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

La marchande de poulets

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le vendeur d'éponges

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le marchand de vaisselle

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le ramoneur

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le vendeur de pois chiches

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le poissonnier

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le limonadier

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

Le montreur d'ours

Istanbul : Petits métiers des rues de jadis

vcv

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2 - dans Istanbul L'Istanbul de Gisèle Histoire de la Turquie Métiers d'autrefois
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 13:19

Du vendredi 8 avril au dimanche 17 avril 2016

Istanbul : Dixième Printemps des Artistes à Sainte-Pulchérie

La 10ème édition de l’exposition du Printemps des Artistes vous reçoit au Lycée Sainte Pulchérie du vendredi 8 au dimanche 17 avril. L’exposition est organisée par l’association francophone Istanbul Accueil en collaboration avec le Lycée Sainte Pulchérie.

Cette année, le Printemps des Artistes fête ses 10 ans et vous réserve pour l’occasion de véritables moment d’échanges : entre les artistes, le public, les différentes communauté d’Istanbul francophones, internationales et turques, entre les artistes eux mêmes et avec l’Hôpital de la Paix.

30 % des revenues des ventes seront reversées à l’Hôpital de la Paix avec lequel le Lycée Sainte Pulchérie et ses élèves sont particulièrement investis tout au long de l’année scolaire et Tarlabaşı Toplum Merkezi (TTM). TTM est une ONG fondée en 2006 qui apporte un soutien social, psychologique et pédagogique aux enfants, adolescents et femmes défavorisés du quartier de Tarlabaşı.

"Notre équipe, formée  de cinq françaises énergiques, a eu à cœur de sélectionner cette année dix artistes turcs et internationaux afin de proposer une sélection d’oeuvres variées révélant le dynamisme et la richesse culturelle d’Istanbul.

 

Comme les années précédentes, cette exposition d’une semaine proposera des œuvres d’art uniques par leur style et leur technique : photographies, peintures, dessins, sculptures… C’est aussi l’occasion unique d’échanger avec les artistes et de profiter de riches rencontres avec un public cosmopolite"...  

 

Our 2016 selection  The   present   curating   team   of   five   energetic   French   ladies   has   carefully   chosen   ten   local   and international professional artists to put together a colourful and multi-faceted exhibition reflecting the dynamism of the exciting multi-cultural life in Istanbul. Like previous years, this one-week exhibition offers indeed a unique mix of art pieces with very varied styles and techniques: photography, painting, sculpture ...Itǯs  also  a  unique  place  to  enjoy  rich  cultural  exchanges  between  the  artists  and  the  visitors  from  the  Turkish and International communities"...

Les artistes participants à cette 10ème édition sont :

- Ammar Assali 
- Camille Le Bras 
- Cemal Toy 
- Ceylan İnsel 
- Işıl Arısoy 
- Marie Agnès Annic 
- Martine Nicoulaud 
- Nadia Arditti 
- Sabine Buchmann 
- Ursula Katipoğlu

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2 - dans Istanbul L'Istanbul de Gisèle Sainte-Pulchérie
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 09:02

Vivre dans la légèreté est un privilège. Que signifie le mot « légèreté » ? « Caractère de ce qui est sans gravité, sans importance », selon le Larousse. Vivre dans la légèreté, c’est penser à des choses futiles, le lieu où l’on effectuera une sortie le dimanche, le restaurant dans lequel on ira déjeuner, la robe que l’on va acheter, l’endroit où l’on partira en vacances, les nouveaux rideaux que l’on achètera pour son appartement, le film que l’on ira voir, le livre que l'on va lire…

Vivre dans la légèreté, c’est pouvoir être tout simplement heureux des petits faits du quotidien.

 

Mais après la multiplication des attentats, notre légèreté a disparu, remplacée par le chagrin, l’horreur et l’incompréhension. Trop de douleurs et trop de larmes.

 

Larmes de deuil pour Ankara et Istanbul

« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle »…

 

C’est pourquoi, mon blog est en deuil.

Repost 0
Published by Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2 - dans L'Istanbul de Gisèle Istanbul Histoire de la Turquie Ankara

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları