Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 12:45
Istanbul : à la plage à Şile !

Habité depuis le Paléolithique, connu dans l’Antiquité sous le nom d’ « Hilea », cité par Pline, le district de Şile (prononcer « chilé), situé sur la rive asiatique non loin de l’embouchure de la Mer Noire, est connu pour sa verdure et ses cascades mais aussi pour les soixante kilomètres de plages de sable fin qui parent son rivage.

Istanbul : à la plage à Şile !

Située sur un promontoire dominant le port, s’enorgueillissant d’un célèbre phare rayé de noir et blanc, la petite ville de Şile, longtemps habité par une population mélangée de Grecs et de Turcs, a conservé du passé son charme légèrement suranné ; même si la plupart des demeures ottomanes en bois ont disparu, il en reste ça et là, souvent en assez mauvais état, il faut l’avouer !

Photo Internet, merci aux auteurs

Photo Internet, merci aux auteurs

Aujourd’hui, les rues de Şile, très animées, sont bordées de cafés et restaurants jouissant d’un panorama unique sur la baie et de boutiques vendant des articles et produits régionaux de la Mer Noire.

Vue sur le port au soleil couchant

Vue sur le port au soleil couchant

Istanbul : à la plage à Şile !

La spécialité de la ville a longtemps été « le Coton de Şile », sorte de batiste tissée à la main, de couleur blanche ou écrue et trempée dans l’eau de mer pour la solidifier. On en confectionne des nappes, des robes et des  chemises très agréables à porter en été mais la fabrication artisanale a peu à peu été supplantée par la fabrication industrielle et il faut bien s’assurer avant de l’acheter qu’il s’agit bien de l’authentique « Coton de Şile ». 

Istanbul : à la plage à Şile !

Il suffit de descendre non loin du port pour trouver une merveilleuse plage de sable fin où des paillottes vous offrent la possibilité de vous restaurer à des prix bon marché. C’est là que vous pouvez vous installer avec un livre et vous prélasser toute la journée sur une chaise longue ou un canapé d’osier en profitant du soleil de l’automne.

Istanbul : à la plage à Şile !

La température de l’eau y est plus fraîche certes qu’en Méditerranée mais en septembre, elle se situe quand même autour de 25 degrés ;  on a pied très longtemps dans la mer, sur une vingtaine de mètres,  puis soudain, à partir d’une grosse chaîne de métal immergée, on plonge dans les profondeurs... 

Istanbul : à la plage à Şile !
Photo Internet, merci aux auteurs
Photo Internet, merci aux auteurs

Et pour finir agréablement la journée, sachez qu’à une dizaine de kilomètres de Şile en retournant à Istanbul se trouve, sur une colline, une enfilade de restaurants champêtres où vous pourrez déguster, sur des tables de bois à la bonne franquette ombragées de vigne vierge, les fameux « gözleme », sorte de crêpe confectionnée avec une feuille de brick pliée en quatre, fourrée de fromage ou d’herbes et cuite sur une plaque bouillante en cuivre étamé, un délice !

Istanbul : à la plage à Şile !
Repost 0
Published by Gisèle, écrivaine d’Istanbul - dans Mer Noire Şile plages d'Istanbul L'Istanbul de Gisèle Turquie Lieux aimés Istanbul
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 14:04
Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

     D’après la mythologie, alors que Zeus était tombé amoureux la fille du dieu du fleuve Asopos, la nymphe Sinope, il  demanda à cette dernière  de formuler un vœu en lui promettant de l’exaucer : Sinope lui demanda alors de préserver sa virginité ; et Zeus, pris à son propre piège, fut obligé de respecter sa promesse…

   Il semblerait toutefois qu’ensuite, Sinope ne put résister aux avances d’Apollon, qui  la transporta dans un des plus jolies contrées de la Mer Noire, la ville qui porte aujourd’hui son nom, Sinop.

La ville est située au centre d’une longue presqu’île ; c’est cette position géographique longtemps peu facile d’accès qui en a sans doute protégé les beautés. 

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

D’autres légendes disent que le nom de Sinop vient de celui de Sinova, une des reines des Amazones qui habitaient cette région. Quoi qu’il en soit, selon moi, Sinop est une des plus charmantes  cités des rives de la Mer Noire.

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Les flots tumultueux de la Mer Noire non loin de Sinop... Le phare qui s'y dresse correspond au point le plus au Nord de toute la Turquie...

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…
La mer devant le phare de Inceburun, aux confins de la presqu’île de Sinop...

La mer devant le phare de Inceburun, aux confins de la presqu’île de Sinop...

Sinop, dont le peuplement remonte à l’Age de bronze, faisait partie dans l’Antiquité de la Paphlagonie ; au cours des siècles, elle a donc connu les périodes hellénistique, romaine, byzantine, seldjoukide, ottomane, ce qui explique la richesse du site.

Diogène, représentant de la philosophie cynique, était natif de Sinop ; une statue lui rend hommage au centre de la ville.

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Selon moi, la magie de Sinop réside dans le mélange des paysages marin et montagnard : en effet, si la ville est au bord de l’eau, il suffit de quinze minutes de voitures pour se retrouver à la campagne et d’une trentaine pour gagner la montagne, avec lacs, épicéas et cascades. 

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…
Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Vivante et moderne, peuplée d’habitants chaleureux et sympathiques, la cité est un lieu idéal de villégiature.

Le port de Sinop, bordé de petits cafés sympathiques et très animés...

Le port de Sinop, bordé de petits cafés sympathiques et très animés...

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Pour les gourmets, la spécialité de Sinop, les "mantis", sorte de raviolis, ici déclinés en deux versions dans une assiette : au yoghourt ou parsemés de noix...

La merveilleuse plage de Sarikum... Les vagues y sont parfois si violentes que le sable est jonché de débris de bois flotté.

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…
Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Le "fjord" d'Hamsilos...

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Le champêtre petit port d’Akliman...

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Un phare romantique…

La nature préservée, autour de Sinop...

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

L’extraordinaire grotte d’Inalti, qui servit d’église aux premiers chrétiens, lors des persécutions exercées par les Romains…                i

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…
Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Fleurs sauvages des montagnes de Sinop...

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Un café turc dans l'ancienne medersa de la mosquée d'Alaattin Keykubad, transformée en centre d'artisanat...

On comprend mieux pourquoi Atatürk aimait tellement Sinop, qu’il aurait dit avec regret : « Si Ankara pouvait posséder au moins la moitié de la beauté de Sinop ! »

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Une réserve naturelle, dans laquelle on se rend pour observer à loisir les oiseaux aquatiques....

Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…
Turquie de la Mer Noire : merveilles de Sinop, ville natale de Diogène…

Lorsque la saison du poisson est finie, les pêcheurs fabriquent d’extraordinaires maquettes de bateaux en bois, réalisées à la main…

Photo sur le site du magasin Ülgen

Sinop, une ville à ne pas manquer...

Sinop, si belle...

Repost 0
Published by Gisèle, écrivaine d’Istanbul - dans Turquie Lieux aimés Sinop Mer Noire Diogène
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 17:03

Une escapade inoubliable en Mer Noire, à l’Est de la Turquie :

C’est dans un brouillard intense que nous gravissons la route forestière pour nous rendre sur les hauts pâturages de la région de la Mer Noire.

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Des paysages sauvages, d’une beauté à couper le souffle…

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Les lacs de Yedigoller

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Un village loin de tout...

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

La pension Karahan, à Barhal, à côté d’une église géorgienne, dans un magnifique paysage de campagne avec des arbres fruitiers et des cultures, face aux montagnes sauvages.

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Campagne de Savsat

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Le magnifique lac de Sarigol

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte
Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

De jolis chalets traditionnels de la campagne de Savsat et leurs granges pour le foin

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Une délicieuse truite au four dans un plat de terre cuite...

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

La luxuriante campagne des environs de Borcka...

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Les extraordinaires rives du lac de Karagol

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

LL'impressionnante cascade de Maral...

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Une maison typique...

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

Le village de Camili, non loin de la Géorgie...

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

MEt pour finir, quelques fleurs mauves des montagnes...

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte
Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte

erSi vous aimez lire sur la Turquie, quelques-uns de mes livres (Amazon.fr pour la France) :

Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte
Pâturages, Şavşat, Borçka, Camili : Turquie verte
Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Mer Noire Lieux aimés
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 10:21
Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Les amoureux du vert ne doivent pas manquer de faire un voyage dans une des plus belles régions de la Turquie : celle de la Mer Noire de l’Est.

Où aller ? Par où commencer ? Tout est si beau que l’on ne sait où donner de la tête… ou du regard.

Aujourd’hui, je vous présenterai, donc la région de Borçka, Karagöl et Macahel, non loin de la frontière avec la Géorgie.

Après les villes d’Artvin et Borçka, la route s’enfonce dans la nature.

Avant d’arriver au lac de Karagöl, sur la route, un bon thé au bord de la rivière dans le jardin de la pension “ Klaskureleri dinlenme tesisleri”.

Une belle plantation de thé.

Une belle plantation de thé.

Nous arrivons ensuite au lac de Karagöl : paysage romantique à souhait…

Lac de Karagöl

Lac de Karagöl

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel
Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Nous ne pouvons que nous extasier devant la multitude de fleurs des montagnes qui ornent tous ces paysages.

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Nous voilà arrivés à Macahel et nous nous délectons d’un repas avec des mets traditionnels à la pension Iremit.

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel
Le vert à perte de vue…

Le vert à perte de vue…

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Puis, marche au milieu d’une forêt d’arbres séculaires, immenses châtaigniers, épicéas, mélèzes, pour arriver à la cascade de Maral.

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

La merveilleuse cascade de Maral, surnommée “le paradis terrestre” (yer yüzü cenneti”, en turc).

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Nous traversons ensuite des villages très typiques, aux anciennes maisons de bois sur pilotis ; ces constructions servaient autrefois à protéger les provisions contre les souris.

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel
Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

La saison des noisettes…

C’est à Camili, le village traversé par la frontière avec la Géorgie, que nous allons passer la nuit.

La mosquée de Camili, toute en bois, est célèbre pour ses bois peints.

La mosquée de Camili, toute en bois, est célèbre pour ses bois peints.

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Le soir tombe et, après une longue route montant sur des pistes presque désertes, nous arrivons à la pension Dedaena, où nous passons la nuit dans un magnifique cadre rustique.

La pension Dedaena

La pension Dedaena

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

La nuit tombe sur les arbres gigantesques, nous sommes comme “ au bout du monde, le silence est absolu, sauf parfois, le cri d’un animal de la forêt qui résonne au lointain…

Au matin, la brume nous a cernés, dessinant un fantastique paysage.

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Et nous redescendons en passant sous le Pont de la Reine Tamara, dont on dit qu’elle fut enterrée quelque part dans ces forêts….

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Une nature à couper le souffle, un écrin de verdure sauvage, des habitants souriants et avenants, voilà le souvenir que je garderai de cette région, avec un seul souhait : y retourner le plus vite possible…

Turquie vert émeraude :  Borçka, Karagöl, Macahel

Pour écouter une chanson du talentueux groupe de la Mer Noire, MARSİS...

Les droits de ces textes de mon blog sont réservés. Si vous souhaitez les utiliser, je vous demande de bien vouloir citer mon nom ; en effet, ces derniers temps, plusieurs sites Internet se sont approprié certains de mes textes et de plus, les utilisent en précisant qu’ils sont soumis à copyright comme s’ils en étaient les auteurs !

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Lieux aimés Mer Noire
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 09:37

Voilà arrivée la saison d’acheter le miel produit en juillet et en août par nos amies les abeilles. Mais attention, le miel dont je vais vous parler n’est pas celui vendu à bas prix dans les supermarchés ou dans des réclames télévisées et qui n’est en réalité qu’un mauvais sirop de glucose bien souvent importé de Chine… Non, le miel dont il s’agit est le « biologique » soit un produit naturel récolté par des apiculteurs sérieux et passionnés par leur art.

L’envoûtant paysage de la cascade de Maral, avec sa flore exceptionnelle, près de la frontière géorgienne (Mer Noire-Est)

L’envoûtant paysage de la cascade de Maral, avec sa flore exceptionnelle, près de la frontière géorgienne (Mer Noire-Est)

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

La Turquie fait partie des pays où la production de miel biologique est très importante ; la raison en est que le pays, très étendu, comporte encore de multiples zones peu habitées ; le miel est souvent récolté à de hautes altitudes, loin de toute agglomération, source de pollution et pesticides, et dans le cadre d’une apiculture traditionnelle respectueuse de l’environnement.

Le bord de la route, dans les montagnes de Trabzon, fin-août (Mer Noire-Est).

Le bord de la route, dans les montagnes de Trabzon, fin-août (Mer Noire-Est).

Voilà donc les miels turcs les plus réputés :

Le nec plus ultra, le « miel de rocher » ou « kaya balı »

Miel d’abeilles mellifères non domestiquées. Il est entièrement produit par les abeilles dans les souches d’arbre ou les fentes des rochers de haute montagne. C’est le miel le plus naturel qui existe mais à moins d’être alpiniste et téméraire, comment aller le récolter ?

Le coquelicot orangé, fleur des hautes montagnes de la Mer Noire

Le coquelicot orangé, fleur des hautes montagnes de la Mer Noire

Le must, le miel de ruches-troncs ou « Karakovan balı »

Le miel « sauvage » des montagnes de Kaçkar, entre Rize et Artvin ( Anzer, Borçka et Macahel ) est produit par les fameuses abeilles caucasiennes (Apis mellifera caucasica) appelées en turc « Kafkas ». Les ruches, taillées dans des troncs de bois de tilleul ou de châtaignier évidés, sont fermées comme un tonneau avec juste quelques trous permettant la circulation des abeilles. Elles ont ensuite placées en hauteur ou dans les arbres pour les protéger des animaux (ours…).

Une ruche-tronc dans les arbres

Une ruche-tronc dans les arbres

La particularité de ce miel est que ce sont les abeilles, qui fabriquent elles-mêmes les rayons de cire, sans aucune intervention humaine. Il s’ensuit que la forme de ces rayons naturels, construits de haut en bas, est irrégulière, triangulaire ou arrondie. Quant à la qualité du miel, elle est due à la multitude de plantes de montagne endémiques (autour de 350 sortes) butinées par des abeilles, entre 1500 et 3000 mètres d’altitude. On dit même que la bonne santé et la longévité des habitants de cette région est due à leur consommation quotidienne de miel de ruche-tronc. Il ne faut pas oublier que pour produire une goutte de miel, l’abeille doit butiner soixante fleurs différentes.

Un pot de miel de « karakovan » de Macahel : fleurs de châtaignier, rhododendron et environ 300 plantes de prairie…

Un pot de miel de « karakovan » de Macahel : fleurs de châtaignier, rhododendron et environ 300 plantes de prairie…

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Un autre miel célèbre est le miel de ruche-tronc en bois de murier de Siirt Pervari, récolté vers 1200 mètres et dont les abeilles butinent une riche flore dans une nature sauvage. Ou le miel des prairies d’Hakkari, récolté dans des paniers tressés, calfeutrés avec de la boue et de la paille.

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Ce miel « sauvage » est une merveille mais sa saveur forte, due aux plantes de forêt, avec une pointe d’amertume, le réserve aux amateurs avertis…

Enfin, le plus consommé, le miel de ruches entretenues par l’homme.

Il s’agit essentiellement du miel de nectar, que les abeilles confectionnent avec le nectar des fleurs qu’elles déposent dans les alvéoles. Ses variétés sont très nombreuses en Turquie et il porte le nom de la fleur dominante, en fonction de la flore locale : miel d’origan (Sivas, Bingöl, Datça), de couleur rouge...

Un magasin de miel de Datça

Un magasin de miel de Datça

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Miel d’astragale, de nuance dorée ; miel de prairie, en particulier en Anatolie du sud et du sud-est, comme le « millefleurs », d’Eğriçayir dans la région de Mersin, récompensé par de nombreux prix internationaux, et que les abeilles fabriquent en butinant les fleurs nouvelles à la fonte des neiges dans les prairies des montagnes du Taurus, à 2450 mètres... (photo du site d'Eğriçayir)

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Miel de fleur d’oranger (Méditerranée, Adana ) d’un beau jaune clair ; miel de fleur de coton (Urfa, Diyarbakır) ; miel de tournesol (Thrace), jaune très clair ; miel de châtaignier (Mer Noire), de couleur foncée, connu pour ses vertus thérapeutiques contre la bronchite.

Après avoir goûté le miel frais, j’ai revêtu l’habit de l’apiculteur pour aller « voir de près » ces ruches des « prairie mauves », ou « Mor Yayla », dans les montagnes d’Ispir (Mer Noire-Est).

Après avoir goûté le miel frais, j’ai revêtu l’habit de l’apiculteur pour aller « voir de près » ces ruches des « prairie mauves », ou « Mor Yayla », dans les montagnes d’Ispir (Mer Noire-Est).

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Les couleurs, la saveur et le parfum du miel diffèrent en fonction du nectar et du pollen récoltés. Sachez que le miel de fleur se cristallise assez rapidement ; un miel qui ne cristallise jamais n’est pas naturel.

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Quant au miel de miellat, miel de pin ou de sapin, il présente la particularité d’être produit à partir des sécrétions du puceron, que les abeilles emportent pour le transformer en miel. De couleur foncée, ce miel ne contient donc ni pollen ni nectar. Doté d’une odeur forte, il est un des rares à ne pas se cristalliser. La région égéenne produit 90% de la production mondiale de miel de pin, utilisé pour lutter contre les affections respiratoires.

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Enfin, si vous voulez être sûr que votre miel soit écologique, soit, « organik », achetez un produit portant le sigle de l’agriculture biologique en Turquie. Le prix en sera un plus élevé mais vous aurez la certitude que le miel ne comporte aucun produit chimique, que les abeilles n’auront pas été nourries artificiellement avec du cake ou des sirops, qu’elles ont butiné loin des zones agricoles utilisant pesticides et engrais et à plus de 5 kilomètres des routes.

Un mélange de ruches-troncs et de ruches plus modernes à Barhal, pension Karahan (Mer Noire-Est)..

Un mélange de ruches-troncs et de ruches plus modernes à Barhal, pension Karahan (Mer Noire-Est)..

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Les merveilles de la vallée des Tempêtes, à Camlıhemşin, (Mer Noire-Est) : truites et abeilles….

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »
Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Je terminerai par une belle citation de Victor Hugo sur les abeilles (Quatre-Vingt-Treize) :

Rien ne ressemble à une âme comme une abeille, elle va de fleur en fleur comme une âme d'étoile en étoile, et elle rapporte le miel comme l'âme rapporte la lumière…

Des ruches de la région de Macahel, à la frontière de la Géorgie.

Des ruches de la région de Macahel, à la frontière de la Géorgie.

Deux ruches sur un balcon...

Deux ruches sur un balcon...

Le lac de Karagol, dans la région de Şavşat, et sa nature sauvage, paradis des abeilles…

Le lac de Karagol, dans la région de Şavşat, et sa nature sauvage, paradis des abeilles…

La très verte campagne de Şavşat...

La très verte campagne de Şavşat...

La région de Camili, à Macahel, près de la frontière de Géorgie, « réserve de biosphère », célèbre pour son miel biologique…

La région de Camili, à Macahel, près de la frontière de Géorgie, « réserve de biosphère », célèbre pour son miel biologique…

Les droits de ces textes de mon blog sont réservés. Si vous souhaitez les utiliser, je vous demande de bien vouloir citer mon nom ; en effet, ces derniers temps, plusieurs sites Internet se sont approprié certains de mes textes et de plus, les utilisent en précisant qu’ils sont soumis à copyright comme s’ils en étaient les auteurs !

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »

Ajout de janvier 2014

Dans une caverne d’Artvin, à 1800 mètres d’altitude, ont été découverts 18 kilos de miel de rocher, qui n’ont pu être récoltés qu’avec l’aide des alpinistes. Analysé par le laboratoire du CETAM, en France, ce miel, daté de sept ans, comporterait des vertus exceptionnelles, dues aux minéraux, ce qui explique son prix de 5000 euros le kilo (sachez qu’en France, ce type de miel a été vendu à 45000 euros en 2009 et en Chine à 28000 euros, en 2010). Il est appelé en Turquie « le miel des fées ».

Pour lire sur la Turquie :

Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »
Miel de Turquie : « Travaille comme une abeille, mange-le comme un lion »
Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans miel Mer Noire Turquie
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 11:14

La Turquie, où se trouvent de magnifiques forêts, fait partie des pays où vivent encore un grand nombre d’ours bruns. Avant 2010, ils étaient encore si nombreux que les autorités donnaient régulièrement l’autorisation de les chasser. Notons cependant qu’aujourd’hui, les ours bruns sont considérés comme une espèce menacée. Celui qui tue un ours encourt une amende d’environ 9000 euros.

 

imagesCA5TABBO.jpg

 

Il n’en reste pas moins que dans certaines régions où ces grands mammifères vivent, chaque année ( 4 ou 5 cas par an, semble-t-il) , des paysans, apiculteurs, chercheurs de myrtilles ou de champignons, se font agresser par un ours et ces attaques se soldent soit par la mort de la victime soit par des blessures gravissimes.

 

bozayresmi.jpg

 

N’oublions pas que dans la région de la Mer Noire, les apiculteurs placent leurs ruches en hauteur dans les arbres pour les protéger des ours.

 

kackarlar066.jpg

 Photo du site régional Kaçkarlar

 

Mais voilà ce qu’il est capable de faire, ce rusé !

 

aktuel.mynet.com.png

 Photo aktuel.mynet.com

 

C’est pourquoi la préfecture de Kastamonu a distribué aux promeneurs empruntant le parcours de randonnée d’Azdavay, une brochure expliquant ce que l’on doit faire si on est attaqué par un ours !

 

Voilà donc les conseils que j’ai retenus de la brochure, résumée dans le journal Haber Türk du 23 février 2013.  

Image--56-.jpg

 

Ne partez pas en forêt sans une bombe de défense anti-ours ( oui, nous en avons toujours dans notre sac à main, c’est bien connu….).

 

Ne vous promenez pas seul. Un groupe de quatre humains semble être la bonne mesure pour dissuader l’ours d’attaquer. Il est aussi conseillé de siffler ou d’accrocher une clochette à son sac.

 

Ne cuisez ni ne réchauffez de nourriture dans la forêt, l’ours est omnivore et les odeurs de nourriture l’attirent.

 

ours-2.png

 

Si l’ours vous approche, reculez doucement, ne lui tournez pas le dos, ne courez jamais et PARLEZ-LUİ d’une voix calme. Normalement, il s’en ira en réalisant qu’il a affaire à un humain.

 

Inutile de chercher à grimper aux arbres, sachez que l’ours grimpe mieux que vous ! Il n’y a que si vous parvenez à la cime qu’il ne pourra vous atteindre, à cause de son poids.

 

ayi2np9.jpg

 

S’il vous agresse cependant (sachez que les conseils diffèrent selon les pays, certains conseillent de faire le mort, d’autres pas. Ah la la, KE CE K’İL FO DONC FER ? ) :

 

Couchez-vous sur le ventre en repliant vos bras sur la nuque pour protéger votre tête et écartez les jambes pour qu’il ne puisse pas facilement vous retourner. Puis, ne bougez plus. Pour vous consoler, sachez qu’une attaque d’ours brun dure rarement plus de 2 minutes.

 

ayi-erzurum.jpg

 

Mais s’il mord, cela signifie qu’il vous considère comme un bon repas. Alors, là, il ne reste qu’à improviser des moyens de défense (Faites-lui face, criez, gesticulez, tentez de vos montrer plus gros que vous êtes en agitant les bras…) !!!! Facile, facile…

 

urfahaber.net.jpg

 

Moi, ce que j’ai retenu de tout cela, c’est que si un ours nous agresse, il faut lui faire la causette !!!

 

tr24.com.jpg

 

Photo tr24.com

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Mer Noire
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 21:44

 On sait depuis longtemps que les dieux de l’Olympe ne se nourrissaient que de nectar et d’ambroisie. Or, il se trouve que justement, je suis une passionnée de l’ambroisie… ou de miel, devrais-je dire…

 

Voir mon premier article sur ce sujet  «  Du miel ou de l’or » du 3 novembre 2011 : http://gisele.ecrivain.istanbul.over-blog.com/article-du-miel-ou-de-l-or-87778549.html

 

Mais attention, le miel dont je vais vous parler n’est pas celui vendu à bas prix dans les supermarchés  et qui n’est en réalité qu’un piteux sirop de glucose bien souvent importé de Chine…  

 

Le miel dont il s’agit est le miel dit « biologique », soit un produit naturel récolté par des apiculteurs passionnés par leur art et ne donnant à leurs abeilles ni sucre ni aucune autre substance nutritive.

  

Précisons que ce miel biologique est abondamment produit en France ; j’ai trouvé sur Internet de nombreux sites d’apiculteurs français le produisant. Il est évident que si je vivais en France, c’est celui que je consommerais ; rien de tel que le produit du terroir qui n’a pas voyagé…  mais vivant en Turquie, je choisis de vous présenter les miels turcs…

 

La Turquie fait partie des pays où la production de miel biologique est  importante ; la raison en est que le pays, très étendu, comporte encore de multiples zones peu habitées ; le miel est souvent récolté à de hautes altitudes, loin de toute agglomération, pollution et pesticides…

 

Voilà donc les catégories de miels turcs les plus réputés :

 

Le miel « millefleurs » des prairies des montagnes du Taurus, à  Egricayir, province de Mersin : récompensé par de nombreux prix internationaux, il est produit lorsque les abeilles butinent les fleurs nouvelles à la fonte des neiges.   

 

egricayirbal.com.jpg

Photo du site egricayirbali.com  

  

SAM_2262.JPG

 Cette région produit aussi du miel de lavande, de caroubier…

 Les miels de thym ou de fleur d’oranger de Datça :   

ETE-2012-0051.JPG

  

ETE-2012-0064.JPG

Le  miel « sauvage » (Karakovan)  des montagnes de Kaçkar, dans la région de Rize et des villages Borçka et Macahel d’Artvin :  

rizedeyiz.com.jpg

Photo des montagnes de Rize sur le site rizedeyiz.com

 

Les ruches, en forme de tonneau,  sont placées vides dans les arbres pour les préserver des ours bruns ou sur des claies ; ce sont les abeilles qui fabriquent elles-mêmes les rayons de cire, que l'on consomme.  

 

 

ircortam.net.jpg

 Photo des montagnes d'Artvin sur le site ircortam.net

 

karagolbali.com-artvin.png

 Photo des ruches Borçka sur le site karagolbali.com

 

La qualité de ce miel est due à la multitude de plantes de montagne endémiques (autour de 350 sortes) butinées par des abeilles, entre 1500 et 3000 mètres d’altitude.  

rize-toprikackar.com.jpg

Photo du site toprikackar.com

 

Le plus célèbre et le plus cher est celui du village d’Anzer mais il vous en coûtera quand même près de 250 euros le kilo…

 

toprikackarbali.com.jpg

 Photo du site toprikackar.com

 

On produit aussi du miel de châtaignier, connu pour ses vertus thérapeutiques…

 

 

Une curiosité : le « miel fou » ou miel qui rend fou : produit dans la région de Trabzon et d’Ordu sur la Mer Noire, ancienne Colchide, pays de Médée, par des abeilles butinant le rhododendron pontique ou l’azalée sauvage…    

ormangulu.jpg

Photo du site altinbal.com

 

Je croyais que son existence n’était qu’une légende remontant à l’Antiquité, jusqu’à ce qu’une petite recherche sur Internet me permette de voir que certains apiculteurs en produisent  encore, bien que ce soit illégal. Utilisé, semble-t-il, comme médicament dans la médecine "traditionnelle", à la dose de moins d’un quart de cuillère à café par jour, il est très dangereux et provoque de graves intoxications…

 

Faruk-akba---karalahana.com.jpg Photo de Faruk Akbaş, sur le site karalahana.com, région d'Artvin...

 

En dehors de tous ces miels célèbres, il suffir de partir en promenade dans les campagnes turques pour pouvoir acheter directement à l'apiculteur du miel entièrement biologique... En vous souhaitant une ambroisie de lune de miel...

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Articles Essais Commémorations miel Mer Noire

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları