Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 16:06

Parution du guide de poche, La Turquie, par Bülent Demirdurak.

 

Traductions : Sabine Buchmann, Colette Retornaz, Tülin Gauthier, Raymond Gauthier

 

Rédaction et Préface de Gisèle Durero-Koseoglu.


 

Ecrit par un spécialiste de la Turquie, ce petit livre de seulement 110 grammes, que vous glisserez dans votre poche lors de vos visites, contient toutes les informations nécessaires à la découverte de la Turquie de l’ouest !

 

 

GiTa Yayınları

LA TURQUIE 

BÜLENT DEMİRDURAK

 

 

La Turquie

 

MA TURQUIE

 Si on me posait la devinette suivante :

«  Un pays aux paysages envoûtants,

Un peuple à l'hospitalité légendaire,

Une terre où se lisent encore les vestiges de multiples civilisations

Une des cuisines les plus raffinées du monde,

Des villes où coexistent la tradition et le modernisme le plus effréné,

Des vergers dont les fruits et les légumes sont si beaux qu'on se croirait chez Déméter ? »

Alors, je répondrais : '' La Turquie.''

GISELE DURERO KOSEOGLU

 

 

ISBN: 978-975-8915-38-5

BARKOD: 9789758915385

160 SAYFA RENKLİ RESİMLİ

6 euros

 

Pour des informations sur mes livres, voir mon site link

 

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 07:04

  Un jour de septembre 1983, je me suis embarquée sur un ferry-boat appelé l’« Istanbul », qui effectuait l’aller-retour entre Marseille et Izmir. Ce fut le premier jour de ma nouvelle vie. Un accouchement ou une renaissance. Je tournais une page. Repartir à zéro. S’habiller d’une autre peau. Je ne savais pas si elle serait plus confortable que l’ancienne. Mais je voulais la revêtir.

 

Galata Köprüsü. Yayımcı Max Fruchtermann, .21.

Méditerranéenne, fille de la Côte d’Azur et de Provence, je venais de subir un an d’exil dans les brumes du Pas-de-Calais, ma première mutation de professeur. Les trois jours de navigation en pleine mer me permettaient de dresser le bilan de ma vie. Le bilan. Enfin... Ou, déjà. Je me penchais sur ma prime jeunesse  et se dressaient dans ma mémoire les monolithes de ce que je considérais comme mes échecs. Un des plus blessants pour mon amour-propre, écrivaine ratée. A mon actif, à cette époque, quatre recueils de poésies entassés dans mes tiroirs et  un coup de couteau dans le cœur, le refus de Gallimard de les éditer. Plus un premier roman inachevé, que j’avais l’intention de finir en Turquie. Je me disais donc que je n’avais rien à perdre. Sur le plan professionnel, j’avais trouvé un poste dans un lycée franco-turc d’Istanbul. De toute façon, rien ne pouvait être pire que ma solitude dans le Nord de la France. Sur le plan sentimental, j’avais peut-être enfin trouvé l’amour mais loin, trop loin...

 

Sarayburnu, M. İsraelowitz.

Parfois, je montais sur le pont du ferry-boat et je restais appuyée au bastingage à regarder les vagues. Je rêvais, je méditais. Puis, j’allais dans ma cabine et je brodais des violettes, ma fleur préférée, sur un napperon.

Le dernier jour de la traversée, j’ai mis une robe rouge à pois blancs et dès l’aube, suis allée me poster à l’avant du bateau, pour jouer à la figure de proue. Je voulais voir s’approcher peu à peu la terre où j’allais tenter de me transplanter, ne serait-ce que pour quelques mois. Consciente du risque. Quand le ferry-boat a pénétré dans le port d’Izmir, je tentai de distinguer sa silhouette, de l’apercevoir. Lui. Celui pour lequel j’étais venue. Je me demandais ce qu’il devait penser en cet instant précis. Que peut ressentir un homme attendant une femme qui vient de tout quitter pour lui et qui arrive, un matin de septembre, avec sa voiture bourrée de livres et de quelques bibelots, inséparables témoins de ma route ? Importance ? Incertitude ? Peur de s’être un trop engagé ? Je le savais, ses doutes n’étaient pas moindres que les miens...

Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 18:52

         Affluence record à la foire du livre aujourd’hui. Je suis en admiration devant tous ces passionnés de lecture qui, sans se décourager, ont parcouru cinquante kilomètres et affronté une intense circulation pour venir découvrir les nouveaux livres…

 

       STP64465-copie-1.JPG

          Peut-être parce que lire un livre, c’est comme fouiller une vieille malle oubliée dans la cave ; à l’intérieur se cachent des souvenirs et des passions qui sont les nôtres mais dont on ignorait l’existence… 



STP64467

 

         

        


Repost 0

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları