Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 23:00

            Les histoires d’amour des écrivains sont parfois hors norme. C’est pour cela qu’en ce jour de Saint-Valentin, j’ai envie de vous en raconter quelques-unes,  dont le point commun n’est autre que : l’amour se moque des préjugés...

 

           Montaigne, 55 ans, Marie de Gournay, 23 ans… 

Lorsque l’année de ses dix-huit ans, Marie, jeune fille très intellectuelle et féministe pour son époque, découvre les Essais de Montaigne, elle est tellement envoûtée par l’œuvre qu’elle ne rêve plus que de rencontrer… l’homme. Ce n’est que cinq ans plus tard qu’elle lui écrit enfin ; Montaigne la voit dès le lendemain. Leur histoire ?  Je ne regarde plus qu’elle au monde, confiera-t-il ! Quant à ses sentiments  à elle, Montaigne évoquera avec nostalgie  la véhémente façon dont elle (l’)aima et (le) désira longtemps...

Montaigne.jpg

 Car Montaigne est marié et Marie a une mère qui la surveille. Les amoureux doivent donc se résoudre à la séparation. Pour se consoler, Montaigne, même s’il avoue l’aimer plus que paternellement,  fera d’elle sa «  fille d’alliance ». Ils ne se verront plus mais continueront de s’écrire. Et à la mort du grand écrivain, ce sera elle qui publiera la première édition posthume des Essais.

marie-de-Gournay.jpg

Diderot et Sophie Volland : le grand amour à la quarantaine …

Il a 41 ans, il est marié, il travaille à l’Encyclopédie ; elle a 38 ans, elle est ce que l'on nomme une « vieille fille ». Elle s’appelle « Louise-Henriette » mais Diderot la rebaptise « Sophie », du nom du personnage de sa pièce, Le Fils naturel. Leur relation passionnée dure cinq ans. Mais un jour, drame ! Madame Volland surprend les amoureux ensemble, et surcroît de malchance, Madame Diderot découvre une lettre de Sophie à son mari. Alors, tombe le verdict : Madame Volland emmène Sophie sur ses terres et Madame Diderot menace, en cas de divorce, d’interdire à Diderot de voir Angélique, sa fille chérie !

diderot.jpg

 C’est à partir de ce moment que Diderot développe la métaphore d’Héloïse et Abélard pour évoquer leur amour. Les deux amants n’ont plus qu’une solution pour continuer à communiquer : s’écrire ! Ce qui nous a valu une des plus belles correspondances de la littérature française, les Lettres de Diderot à Sophie Volland. Et aussi de sublimes mots d’amour :

Avec vous, je sens, j’aime, j’écoute, je regarde, je caresse, j’ai une sorte d’existence que je préfère à toute autre. Si vous me serrez dans vos bras, je jouis d’un bonheur au delà duquel je n’en conçois point. Il y a quatre ans que vous me parûtes belle ; aujourd’hui je vous trouve plus belle encore ; c’est la magie de la constance, la plus difficile et la plus rare de nos vertus 

peintre marie Gabrielle CarpetFaute de portrait de Sophie Volland, j'utilise le portrait d'une dame du XVIIIe, Marie-Gabrielle Carpet, artiste peintre...

Quant aux lettres de Sophie ? Perdues…  Ils mourront à cinq mois d’intervalle l’un de l’autre.

 Laure de Berny, 45 ans, Honoré de Balzac, 23 ans…

L’année de ses 22 ans, Balzac tombe amoureux de Laure de Berny. Qui est donc cette dame pour laquelle le jeune Honoré va éprouver la grande passion de sa jeunesse ? Née douze ans avant la Révolution française, elle est la fille du professeur de harpe de la reine Marie-Antoinette ;  notons au passage qu’elle a un an de plus que la mère de Balzac et a mis au monde neuf enfants… Quant à Balzac, grand lecteur de Rousseau, aurait-il reconnu en Laure une nouvelle Madame de Warens ? Pendant longtemps, Laure de Berny repousse les déclarations enflammées d’Honoré,  qui n’a qu’un seul souhait : Etre célèbre et être aimé… Mais, en 1822, elle finit par s’abandonner à ce grand amour, qui va faire scandale. Elle sera pour Honoré une mère (la mère de Balzac avait trente-deux ans de moins que son époux et n’avait jamais manifesté de tendresse à Honoré, né de son mariage malheureux, alors qu’elle chérissait son autre fils, qu’elle avait eu avec son amant... pauvre Honoré…), une confidente, une amie, une conseillère, une maîtresse et un soutien. Pendant la douzaine d’années que durera leur liaison, elle l’introduit dans tous les milieux qu’il décrira ensuite dans ses romans. 

Honore-de-Balzac.jpg

Celle que Balzac surnomma « La Dilecta » (l’aimée), sera aussi sa muse : elle servira de modèle à Madame de Mortsauf dans le roman, en grande partie autobiographique, Le Lys dans la vallée, qu’elle aura d’ailleurs le bonheur de lire peu avant sa mort : Elle fut non pas la bien aimée, mais la plus aimée…  Le lys, c’était elle… Puis, elle inspirera aussi le personnage de Madame de Bargeton, dans Les Illusions perdues. Après la mort de Laure, Balzac écrira :

madame de Berny

 « La personne que j’ai perdue était plus qu’une mère, plus qu’une amie, plus que toute créature peut être pour une autre (…). Elle m’avait soutenu de parole, d’action, de dévouement pendant les grands orages. Si je vis, c’est par elle. Elle était tout pour moi... »

 

 George Sand et Jules Sandeau : quand l’amour fait naître une écrivaine…

On connaît les amours tumultueuses de George Sand avec Alfred de Musset ou Frédéric Chopin. Mais on oublie trop souvent de parler de sa liaison avec Jules Sandeau. Elle revêtit pourtant une importance capitale dans la vie de l’écrivaine car elle fut à l’origine de la métamorphose qui transforma Aurore Dupin en George Sand !

GEORGESAND.jpg

Après neuf ans de mariage avec Casimir Dudevant, dont elle a deux enfants, Aurore Dupin fait scandale en quittant son époux pour suivre à Paris son jeune amant, Jules Sandeau, alors âgé de dix-neuf ans. Tous deux, ils donnent au Figaro des articles signés « J. Sand », puis écrivent ensemble deux romans, Le Commissionnaire  (1830) et Rose et Blanche (1831). C’est à cette époque que la romancière commence à porter des habits d’homme.

gsLa raison ? Son époux lui a « coupé les vivres » et porter un vêtement masculin coûte bien moins cher que se revêtir des robes compliquées des dames de cette époque. sandeau.jpg

Au fur et à mesure qu’Aurore devient plus célèbre,  la liaison avec Sandeau se dégrade. Mais Aurore continuera pourtant à utiliser leur pseudonyme ; en 1832, elle écrit seule Indiana et signe « G. Sand » ; c’est un immense succès ! L’an d’après, lorsqu’elle publie Lélia, autre « best-seller » condamnant le mariage, Aurore (qui quitte Jules Sandeau) a définitivement adopté  le nom de George (sans « s ») Sand !

 

 Marguerite Duras et Yann Andréa : 38 ans de différence...

Elle l’a racontée dans son livre Yann Andréa, en 1992. Il l’a  racontée dans son livre, Cet amour-là, en 1999.  Quoi ? Me demanderez-vous.

Leur extraordinaire histoire d’amour. 

La plus étonnante, sans doute, de toutes celles que je viens d'évoquer... dur 4L’année de ses vingt ans, lorsque Yann Andréa découvre le livre de Marguerite Duras, Les Petits chevaux de Tarquinia, il n’est rien moins que subjugué. Deux ans plus tard, lors de la projection du film de Marguerite Duras, Indian Song, il parvient à faire connaissance avec elle, ils vont boire un pot ensemble.  Il lui écrira ensuite de nombreuses lettres,  elle ne répond jamais. Mais le jour où, en 1980,  il cesse de lui écrire, Marguerite s’inquiète. Et cette fois, c’est elle qui lui écrit. La suite ? 16 ans de vie commune, jusqu’à la mort de Marguerite Duras. Il a alors 28 ans et elle, 66 ! 

  dur 5

Yann Andréa se consacrera entièrement à Marguerite ; quant à elle, elle le métamorphosera en personnage littéraire et en héros de film…   dur1.jpg

 

Si vous êtes seul(e), trahi(e), abandonné (e), bref, si vous ne croyez plus à l’amour… espérons que la lecture de ces lignes vous aura un peu remonté le moral en ce jour de Saint Valentin...

Lisez la pièce de théâtre musical JANUS ISTANBUL

Livre+CD des musiques et chansons de Erol Köseoglu !

 

 

 Janus Istanbul

 janus CD

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 23:00

On connaît la célèbre phrase  de Rousseau dans la lettre qu’il envoya à Madame de Francueil pour justifier l’abandon de ses cinq enfants :

Vous connaissez ma situation, je gagne au jour la journée mon pain avec assez de peine ; comment nourrirais-je encore une famille? Et si j'étais contraint de recourir au métier d'auteur, comment les soucis domestiques et les tracas des enfants me laisseraient-ils, dans mon grenier, la tranquillité d'esprit nécessaire pour faire un travail lucratif ? Les écrits que dicte la faim ne rapportent guère et cette ressource est bientôt épuisée.

1-copie-2.jpg

Que faut-il comprendre dans cette phrase ? Personnellement, ce que j’y devine dans l’implicite, c’est quelque chose comme : « Si j’avais dû écrire pour gagner ma vie, je devais renoncer à l’écriture ou du moins je n’aurais écrit que des œuvres banales »… Ah, mon cher Jean-Jacques, la vérité est là, travailler pour nourrir tes enfants aurait constitué un obstacle à ton œuvre !

SAM_3212.JPG

A moins d’avoir la chance, comme quelques privilégiés d‘autrefois, de posséder ce que l’on nommait une « fortune familiale » ou d’être marié à une personne « riche »,  un des principaux sujets de torture des écrivains est en effet la nécessité de gagner leur vie. Balzac boit des litres de café pour rester éveillé et avoir la force d’écrire la nuit, jusqu’à quatre heures du matin, les épisodes de romans feuilletons qui seront publiés au matin dans le journal et qui lui assurent un gagne-pain.

2-copie-1.jpg

Aujourd’hui en France, un écrivain gagne entre 1.50 et 2.50 euros par livre vendu. Quand le livre sort, 1’écrivain perçoit une avance ou « à-valoir », dont le montant dépend de sa notoriété. Un an plus tard, il touche ses droits d’auteur sur la vente du livre, de 8 à 12 % selon son succès.

Un article de Rue 89 Eco ( http://www.rue89.com/2008/11/09/comment-les-ecrivains-francais-gagnent-leur-vie), signé par Hubert Arthus et David Servenay, en 2008, analysait la situation : en France, environ 150 écrivains vivent aujourd’hui confortablement de leur plume, comme Anna Gavalda, Fred Vargas et Amélie Nothomb, Christian Jacq, Jean d’Ormesson, Marc Lévy, Michel Houellebecq, Bernard Weber et Jean-Christophe Grangé. Mais, d’après cet article, 98% des écrivains français se voient dans l’obligation d’exercer un autre métier, souvent lié à la littérature (édition, journalisme, professeur…).

SAM_3213.JPG

Le dilemme entre travailler ou s’enfermer pour écrire a-t-il une conséquence sur la carrière des écrivains ? Selon toute logique, il semble évident que l’écrivain devant exercer un gagne-pain autre que l’écriture écrit « moins » en quantité que celui ou celle qui se consacre entièrement à son œuvre. Mais Balzac n’a-t-il pas écrit 91 romans sans jamais cesser de travailler ? Il est vrai que notre cher Honoré possédait un don des dieux : le génie !

Alors, comment font les écrivains qui parviennent à écrire tout en exerçant une activité professionnelle ? Voilà quelques pistes pour ce véritable tour de force :

bn.jpg

 

Une motivation exceptionnelle : vouloir écrire coûte que coûte, avoir la certitude de réaliser sa vocation, soit préférer l’écriture à toute autre activité ! Un écrivain n’est jamais  « en vacances » au sens où les autres personnes comprennent ce mot. Les plus belles vacances, c’est écrire 18 heures sur 24 !

 

Le sens du sacrifice : éviter de se laisser aller à la facilité en préférant s’affaler devant la télévision pour évacuer sa fatigue plutôt que d’aller écrire.  

  

Une formidable organisation du temps : apprendre à utiliser chaque seconde de sa vie pour écrire, écrire dans le bruit, écrire en préparant le repas, écrire dans le métro, écrire dans les situations où personne ne pourrait imaginer que l’écrivain est en train de le faire !

Un entourage compréhensif : c'est-à-dire un conjoint possédant suffisamment d’intérêts personnels dans sa propre vie pour être capable d’assumer les heures d’isolement de l’écrivain.

« L’écriture, c’est donc une galère ! »  allez-vous dire. Vous aurez sans doute raison. Reste à savoir pourquoi certains d’entre nous la choisissent. Cela  amènera un autre sujet de réflexion dont la réponse est bien mystérieuse : pourquoi devient-on écrivain ?

  Image--56-.jpg

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Littérature pour le lycée Littérature Rousseau Balzac
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 15:16

En 1834, Honoré, enivré par le succès de son roman La Physiologie du mariage, veut se transformer en dandy : habits coupés par les meilleurs tailleurs, dont un célèbre complet bleu à boutons d’or massif, gants « beurre frais »…

balzac.jpg

Pour compléter sa parure, il se fait fabriquer par un joaillier une gigantesque canne en jonc, au pommeau incrusté de grosses  turquoises et dont la chaînette est, murmure-t-on, confectionnée avec un collier de jeune fille d’Eve Hanska.

canne-1.jpg

Photo du site de la Maison de Balzac, Paris, rue Raynouard

Il ne paraît plus en public sans cet étrange accessoire, clé de voûte de son élégance. La raison ?

Esthète, Balzac aime les beaux objets, d'autant plus qu’il se ruine pour les acquérir ; mais surtout, il veut faire parler de lui ! Il a bien compris que s’entourer de mystère contribuera à la publicité de ses romans !

canne

Photo du site de la Maison de Balzac, Paris, rue Raynouard

Car tous d’épiloguer sur ce que contient le pommeau de la canne, qui s’ouvre comme un coffret : une mèche de cheveux d’Eve Hanska ? Voire un dessin la représentant toute nue ? Certains prêtent à la canne des pouvoirs magiques ! D’autres lui confèrent une signification sentimentale : Honoré l’aurait fait fabriquer pour commémorer le jour où Eve lui tomba dans les bras !

 

Eve-Hanska.jpg

Eve Hanska

Très satisfait des rumeurs qu’il fait naître, Honoré écrit  en 1834 à Eve Hanska : « Vous ne sauriez imaginer quel succès a eu ma canne, ce bijou qui menace de devenir européen… Tout le dandysme de Paris en a été jaloux ! Il paraît que ce sera matière à biographie ! »

caricature.jpg

« A quoi Monsieur de Balzac doit-il sa réputation européenne ? Un peu sans doute à ses romans mais surtout à sa canne » lance rageusement Boitel, un adversaire du grand écrivain, en 1837.

Balzac-canne.gif

La canne inspira même en 1836 un petit roman à Delphine de Girardin, La Canne de M. de Balzac (1836) : « Mais cette canne, cette énorme canne, cette monstrueuse canne, que de mystères elle pouvait renfermer ! Elle devait même renfermer ! Quelle raison avait engagé M. de Balzac à se charger de cette massue ? Pourquoi la porter toujours avec lui ? Par élégance, par infirmité, par manie, par nécessité ? Cachait-elle un parapluie, une épée, un poignard, une carabine.... ? » 

 Honore.jpg

Balzac aime tellement la dépense que les créanciers le poursuivent ; pour leur échapper, en 1840, il s’installe sous un faux nom dans une petite maison à Passy. Cette demeure, la seule qui subsiste des logements parisiens de Balzac, verra naître de nombreux chefs-d’œuvre de La Comédie humaine : Une ténébreuse affaire, La Rabouilleuse, Splendeurs et misères des courtisanes, La Cousine Bette, Le Cousin Pons...

 

photosParis-janvier-2010-054.jpg

C’est là qu’on peut encore  admirer aujourd’hui, une Généalogie des personnages de La Comédie humaine comportant 1 000 représentations sur les 6 000 que compte la somme romanesque, la cafetière, objet fétiche du maître et évidemment, la mirifique canne « à ébullition de turquoises » !

photosParis-janvier-2010-042.jpg

Le bureau de Balzac dans sa maison de Passy, pièce qui fut témoin du travail de forçat d’Honoré : Travailler, c'est me lever tous les soirs à minuit, écrire jusqu'à huit heures, déjeuner en un quart d'heure, travailler jusqu'à cinq heures, dîner, me coucher, et recommencer le lendemain"…

 photosParis-janvier-2010-044.jpg

photosParis-janvier-2010-040.jpgSources :

Lucien Dällenbach, La Canne de Balzac, Ed. José Corti.

Site de la Maison de Balzac, Rue Raynouard.

            

Repost 0
Published by Gisèle, écrivain d’Istanbul - dans Littérature pour le lycée Littérature Balzac

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu).
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu). Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları